18

Le Congo belge des années 1950 a connu le point culminant de la photographie coloniale. L’utilisation systématique de ce puissant medium par l’agence gouvernementale InforCongo a laissé des archives importantes et uniques de cette époque. Un de ses sujets principaux a été la classe moyenne, le Congolais « civilisé », dénommé « évolué ». La participation de photographes africains à l’imagerie officielle questionne l’interprétation de la photographie coloniale.

 
Sandrine Colard est Docteur en Histoire de l’art (Columbia University, New York). Sa thèse de doctorat porte sur l’histoire de la photographie dans le Congo colonial.