19

Après voir exposé à KIOSK à Gand (2013) et à la Kunsthalle Basel (2015), Vincent Meessen dévoile cet été la troisième version de Patterns for (Re)cognition à BOZAR. Dans cette expo-dans-l’expo, l’artiste se penche sur une lacune de l’historiographie de l’art moderne en Belgique et au Congo. En tant qu’artiste et commissaire, il crée un dispositif composé de structures modulaires, de films 16 mm, d'objets rituels et d’une installation sonore. Tous ces éléments replacent les aquarelles abstraites de Tshela tendu (Congo, vers 1880-1950) dans un patrimoine moderniste élargi et partagé. Bien que ce peintre congolais ait été exposé à Bruxelles, Paris, Rome et Genève au début des années 30, son œuvre est, à tort, tombée dans l’oubli. En se focalisant sur l’œuvre abstraite de ce pionnier congolais, cette exposition contribue au regain d’intérêt dont Tshela tendu jouit progressivement en Europe.

Précédemment