20

L’avènement du hip-hop sur la scène publique et médiatique donne lieu à un débat portant sur la qualité de ses apports à la société : d’un côté, on accuse le hip-hop de prôner le sexisme, le consumérisme et des positions individualistes et réactionnaires ; de l’autre côté, on constate que le hip-hop, de par sa proximité avec les langues étrangères, est la multi-culturalité en action : les formations langagières du hip-hop façonneraient le renouvellement de la langue bruxelloise. Suppléant à l’éducation parentale ou scolaire et proposant, par ses codes et disciplines, une boîte à outils, le milieu hip-hop constitue une autoformation qui permet à certains de se réaliser dans la société civile et d’embrasser les métiers de graphistes, stylistes, humoristes, entrepreneurs...

Présenté par Grégoire Legrain
Intervenants: Max Meli (manager de Back in the Dayz), Pablo Andres (comédien et humoriste), Badi (rappeur), Veence Hanao