20
José van Dam

Maciej Pikulski piano

Après un rêve, op. 7/1 Gabriel Fauré
Prison, op. 83/1 Gabriel Fauré
Mandoline (Cinq mélodies "De Venise", op. 58/1) Gabriel Fauré
L'invitation au voyage Henri Duparc
Le manoir de Rosemonde Henri Duparc
Extase Henri Duparc
Phidylé Henri Duparc
Chanson triste Henri Duparc
4 Chansons de Don Quichotte Jacques Ibert
Le Faune (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
Colloque sentimental (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
Le son du cor (3 Mélodies, sur des poèmes de Verlaine) Claude Debussy
Chansons Gaillardes, op. 42 Francis Poulenc

José van Dam

José van Dam baryton – Maciej Pikulski piano

Les berceaux, op. 23/1 Gabriel Fauré
L'invitation au voyage Henri Duparc
Extase Henri Duparc
Phidylé Henri Duparc
Chanson triste Henri Duparc
Le Faune (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
Colloque sentimental (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
La mer est plus belle (3 Mélodies, sur des poèmes de Verlaine) Claude Debussy
Chansons Gaillardes, op. 42 Francis Poulenc

José van Dam

Les berceaux, op. 23/1 Gabriel Fauré
Clair de lune, op. 46/2 Gabriel Fauré
Les Ingénus (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
Chansons Gaillardes, op. 42 Francis Poulenc

José van Dam

José van Dam baryton – Maciej Pikulski piano

Les berceaux, op. 23/1 Gabriel Fauré
Après un rêve, op. 7/1 Gabriel Fauré
Prison, op. 83/1 Gabriel Fauré
Clair de lune, op. 46/2 Gabriel Fauré
Mandoline (Cinq mélodies "De Venise", op. 58/1) Gabriel Fauré
L'invitation au voyage Henri Duparc
Le manoir de Rosemonde Henri Duparc
Extase Henri Duparc
Phidylé Henri Duparc
Chanson triste Henri Duparc
4 Chansons de Don Quichotte Jacques Ibert
Les Ingénus (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
Le Faune (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
Colloque sentimental (Fêtes galantes, II) Claude Debussy
Le son du cor (3 Mélodies, sur des poèmes de Verlaine) Claude Debussy
La mer est plus belle (3 Mélodies, sur des poèmes de Verlaine) Claude Debussy
Chansons Gaillardes, op. 42 Francis Poulenc


José van Dam, baryton-basse national. Il aura fallu lire le Vlan pour apprendre de la bouche de José van Dam qu'il mettrait un terme à la scène en 2010. Même les mythes ne sont pas de pierre. José van Dam reste d'ailleurs plus Leporello que Commandeur et ne s'économisera guère jusqu'à la date fatidique. On vient de l'entendre en Germont dans la reprise controversée de La Traviata par Marthaler à l'Opéra de Paris, en attendant sa Damnation de Faust au Festival de Tanglewood et La Force du destin à la Monnaie. Et parmi ces rendez-vous urgents, un récital au Beaux-Arts qui le ramène à ses chères mélodies françaises. Camaïeu de couleurs en perspective pour L'Invitation au voyage de Duparc ou pour les Fêtes galantes de Debussy. D'autant que José van Dam peut compter sur le pianiste Maciej Pikulski qui l'avait déjà si efficacement soutenu dans le Winterreise de Schubert.