22

Le régime de Poutine utilise l’image de la révolution qu’il a créée comme un instrument de consolidation de l’unité nationale. Premièrement, la révolution est diabolisée et présentée comme contraire au bien de l’ensemble de la nation. Ensuite, tout ce qui empêche le fonctionnement du gouvernement existant est associé à la révolution. La troisième étape consiste à éviter tout risque de contagion en exorcisant les forces révolutionnaires qui menacent l’unité nationale.
Par conséquent, le malaise interne qui oblige les autorités à formater la perception du public de la révolution ne correspond pas à l’événement historique qui s’est déroulé en 1917. Il est lié aux particularités de l’imagination historique qui imprègne l’actuelle hégémonie du patriotisme, et est ancré dans l’inconscient historique d’une élite politique contrainte à parler d’un événement qu’elle préférerait oublier. Le spectre de la révolution est bien plus récent et plus dangereux que le centenaire de la révolution. Le cadre idéologique officiel entourant cet anniversaire est conçu pour empêcher le retour de ce spectre.

Ilya Kalinin est maître de conférences au département d’arts libéraux et sciences de l’université d’État de Saint-Pétersbourg. Ses recherches sont axées sur les débuts de l’histoire intellectuelle et culturelle soviétique, les pratiques d’autocréation du Sujet soviétique et la politique historique et culturelle de la Russie contemporaine. Il est le rédacteur en chef de la revue intellectuelle basée à Moscou Ration de secours : débats sur la politique et la culture. Il a publié dans toute une série de revues et ses essais ont été traduits dans plusieurs langues.