21
Symfonieorkest van Vlaanderen

Symfonieorkest Vlaanderen Ensemble – Etienne Siebens direction – Collegium Vocale Gent Ensemble – Olga Pasichnyk soprano – Anna Zander alto

Pulcinella, Suite Igor Stravinsky
Messe Nelson Joseph Haydn

Symfonieorkest van Vlaanderen

Olga Pasichnyk soprano – Anna Zander alto

Symfonieorkest van Vlaanderen

Etienne Siebens direction – Collegium Vocale Gent Ensemble – Colin Balzer ténor – Matthew Brook basse

Symfonieorkest van Vlaanderen

Symfonieorkest Vlaanderen Ensemble – Etienne Siebens direction – Collegium Vocale Gent Ensemble – Olga Pasichnyk soprano – Anna Zander alto – Colin Balzer ténor – Matthew Brook basse

Pulcinella, Suite Igor Stravinsky
Messe Nelson Joseph Haydn


C'est un grand honneur d'accueillir le Collegium Vocale Gand, chorale d'une renommée internationale, pour ce dernier programme de notre saison! Pour ouvrir ce concert, nous vous présentons la Suite Pulcinella de Stravinsky, qui lui avait été commandée par Diaghilev. Stravinsky avait certes quelque tendresse pour le XVIIIe siècle mais ni son amour, ni sa connaissance précaire de l'œuvre de Pergolèse ne l'aurait entraîné dans ce virage musical si, au fond de lui, il n'y avait à ce moment un profond désir de rupture. Après des déguisements, des fausses mises à mort, des dédoublements, des résurrections, tout le monde s'épouse et s'embrasse. La perversité orchestrale de Stravinsky s'amuse bien dans cette pantalonnade qui débute sa période néoclassique.
Que la Messe Nelson soit la messe la plus populaire de Haydn n'a rien d'étonnant. Un même souffle dramatique l'anime de bout en bout, produisant un effet très direct. L'origine de son épithète 'Nelson' prête à confusion. En effet, quelques jours avant sa première exécution, la nouvelle de la victoire de l'amiral Nelson à Aboukir parvint à Eisenstadt. On dit alors que Haydn ajouta les trompettes et timbales dans le Benedictus en l'honneur du grand amiral, ce qui pourrait être l'origine du nom de la messe. Mais il est plus vraisemblable que son surnom a été tiré du fait qu'elle fut jouée en l'honneur de l'amiral lors de son séjour à la cour d'Eisenstadt. La tradition veut que Lord Nelson ait donné à Haydn une montre en or gagnée à Aboukir tandis qu'il lui donnait la plume ayant servi à composer une cantate pour Lady Hamilton, la plus belle femme d'Europe, qui accompagnait Nelson. Cette œuvre n'a cessé de croître dans le cœur du public à tel point qu'elle est aujourd'hui devenue un grand classique du répertoire. Une magnifique clôture de saison !