— Aujourd’hui à BOZAR ? —
02
Gabor Csalog

Gabor Csalog piano

Jatekok, extraits György Kurtag
Automne à Varsovie (Etudes pour piano, Livre I) György Ligeti
Chasse neige (Etudes d'exécution transcendante) Franz Liszt
Les morts (Harmonies poétiques et religieuses, S. 173) Franz Liszt
St. François d'Assise: la prédication aux oiseaux (Deux légendes, S 175/1) Franz Liszt
Galamb borong (Etudes pour piano, Livre II) György Ligeti
Sursum corda (Années de pélerinage, troisième année, S. 163) Franz Liszt
Coloana infinita (Etudes pour le piano, Livre II) György Ligeti

deFilharmonie

deFilharmonieEdo de Waart direction – Paul Watkins violoncelle

Concerto pour violoncelle et orchestre, op. 85 Edward Elgar
Symphonie n° 1, "der Titan" Gustav Mahler

Seikyo Kim

Seikyo Kim direction – Pieter Wispelwey violoncelle

Pavane pour une infante défunte Maurice Ravel
Concerto pour violoncelle et orchestre Edouard Lalo
Valse triste, op. 44/1 Jean Sibelius
Symphonie n° 7, op. 105 Jean Sibelius

Walter Proost

Ouverture (L'Italiana in Algieri) Gioachino Rossini
Renaître, Concerto pour piano et orchestre nr. 1 Mona A. Ahdab
Symphonie n° 7, op. 92 Ludwig van Beethoven

Michael Winterbottom

Michael Winterbottom réalisateur

Franz Schubert

Sonate pour violoncelle et piano, D 821, "Arpeggione" Franz Schubert
Sonate pour violoncelle et piano n° 1, op. 38 Johannes Brahms
Sonate pour violoncelle et piano, op. 40 Dmitry Shostakovich

deFilharmonie

deFilharmonieEdo de Waart direction

Symphonie n° 7 Gustav Mahler


80 ans, ce n'est ni 50, ni 100, mais quatre fois vingt, ou quatre-vingt raisons d'affi rmer sa jeunesse.
Celle-ci réside d'ailleurs dans la genèse du Palais des Beaux-Arts, lorsque Adolphe Max, l'un de ses trois pères fondateurs avec Henry Le Boeuf et Émile Vinck, constata lors du rejet que l'entreprise suscita de prime abord, que « les artistes morts furent logés magnifi quement et des artistes vivants remis sur le pavé ».
Le Palais serait éternellement vivant, puisqu'il hébergerait des artistes qui l'étaient tout autant. Imaginons un instant le choc du 18 mai 1928 : découvrir dans le Hall Horta, 15 jours après son inauguration, les danseurs des Ballets russes de Diaghilev enlacés à des corps de marbre
et de bronze, et, quinze jours plus tard, y saisir 218 oeuvres de Bourdelle, le plus grand sculpteur après Rodin.
Aujourd'hui, nous trouverions cela normal : voir, coup sur coup, la compagnie de Jan Fabre importer ici ses corps nus et Luc Tuymans, réinventer les arts plastiques. L'entreprise culturelle la plus novatrice et la plus hasardeuse d'alors devait aussi se montrer la plus prémonitoire de notre modernité. Pour fêter les 80 ans du Palais des Beaux-Arts, j'ai identifié avec mon équipe 80 événements ouverts sur le monde, à saisir durant les dix mois qui séparent l'inauguration des salles d'exposition de celle de la grande salle de concerts. Et autant d'artistes vivants.

Paul Dujardin
Directeur général

>> Découvre le site 80zar.be

Précédemment