16
Les Talens Lyriques

Christophe Rousset direction

Ouverture (Léonore, ou L'amour conjugal) Pierre Gaveaux
" Dieux quelle obscurité " (Léonore, ou L'Amour conjugal) Pierre Gaveaux
"Die Mittagssonne brennet jetzt" (Die Jahreszeiten, Hob. XXI:3) Joseph Haydn
"Hier steht der Wend'rer nun" (Die Jahreszeiten, Hob. XXI:3) Joseph Haydn
"Mit Würd' und Hoheit angetan" (Die Schöpfung) Joseph Haydn
Symphonie n° 3, op. 55, "Eroica" Ludwig van Beethoven

Les Talens Lyriques

Les Talens LyriquesChristophe Rousset direction – Jeremy Ovenden ténor

" Dieux quelle obscurité " (Léonore, ou L'Amour conjugal) Pierre Gaveaux
"Faut-il au printemps de mon âge" (Léonore, ou L'Amour conjugal) Pierre Gaveaux
"Die Mittagssonne brennet jetzt" (Die Jahreszeiten, Hob. XXI:3) Joseph Haydn
Symphonie n° 3, op. 55, "Eroica" Ludwig van Beethoven

Les Talens Lyriques

Les Talens Lyriques

Les Talens LyriquesChristophe Rousset direction – Jeremy Ovenden ténor

Ouverture (Léonore, ou L'amour conjugal) Pierre Gaveaux
" Dieux quelle obscurité " (Léonore, ou L'Amour conjugal) Pierre Gaveaux
"Faut-il au printemps de mon âge" (Léonore, ou L'Amour conjugal) Pierre Gaveaux
"Die Mittagssonne brennet jetzt" (Die Jahreszeiten, Hob. XXI:3) Joseph Haydn
"Dem Druck erliegt die Natur" (Die Jahreszeiten, Hob. XXI:3) Joseph Haydn
"Gefesselt steht der breite See" (Die Jahreszeiten, Hob. XXI:3) Joseph Haydn
"Hier steht der Wend'rer nun" (Die Jahreszeiten, Hob. XXI:3) Joseph Haydn
"Mit Würd' und Hoheit angetan" (Die Schöpfung) Joseph Haydn
Symphonie n° 3, op. 55, "Eroica" Ludwig van Beethoven


Le rationalisme du XVIIIe siècle cultive une prédilection manifeste pour le naturel et la simplicité. Dans Die Jahreszeiten et Die Schöpfung de Haydn, cette « noble simplicité » s’exprime dans une poésie clairement structurée et des lignes mélodiques équilibrées. Avec la Révolution française, ce siècle des Lumières connaît un point culminant inattendu en 1789. Ludwig van Beethoven a beaucoup d’estime pour la jeune pensée révolutionnaire qui - du moins en théorie - fait souffler sur l’Europe un vent de démocratie et de liberté. Beethoven exprime son admiration initiale pour Napoléon Bonaparte dans sa Troisième Symphonie, dite « L’Héroïque », qu’il dédie même à l’Empereur en 1803. Cette œuvre est une explosion inouïe d’énergie, d’émotion et de force. L’aspiration à la liberté et à la révolte contre l’arbitraire dictatorial sont au cœur de l’histoire de Léonore, qui a été mise en musique tant par Beethoven que par Gaveaux. Spécialiste de la musique baroque, puis classique, et, depuis quelques années, du début du Romantisme, Christophe Rousset est un chef visionnaire, fin et profond. À la tête des Talens Lyriques, il dirige Beethoven pour la première fois.