22
Mahler Chamber Orchestra

Mahler Chamber OrchestraIan Bostridge ténor

Airs de concert et musique de ballet (Idomeneo, re di Creta, KV 366) Wolfgang Amadeus Mozart
Les illuminations, op. 18 Benjamin Britten
Symphonie n° 8, D 759, "Inachevée" Franz Schubert

Mahler Chamber Orchestra

Roger Norrington direction – Ian Bostridge ténor

Les illuminations, op. 18 Benjamin Britten
Symphonie n° 8, D 759, "Inachevée" Franz Schubert

Mahler Chamber Orchestra

Mahler Chamber Orchestra

Airs de concert et musique de ballet (Idomeneo, re di Creta, KV 366) Wolfgang Amadeus Mozart

Mahler Chamber Orchestra

Mahler Chamber OrchestraRoger Norrington direction – Ian Bostridge ténor

Airs de concert et musique de ballet (Idomeneo, re di Creta, KV 366) Wolfgang Amadeus Mozart
Les illuminations, op. 18 Benjamin Britten
Symphonie n° 8, D 759, "Inachevée" Franz Schubert


Lorsque Benjamin Britten découvrit Les illuminations de Rimbaud ce fut le choc ! Reconnaissant dans cette prose hallucinée un écho à sa propre sensibilité, il voulut immédiatement la mettre en musique. On était fin 1938, un an plus tard, en janvier 1940, Les illuminations de Britten, cycle de mélodies pour voix aiguë et orchestre à cordes était créé à Londres, avec, en soliste, la soprano Sophie Wyss. Neuf poèmes (en vers libres) issus du recueil de Rimbaud, tantôt flamboyants, tantôt laconiques, où le musicien relaye avec âpreté et tendresse la défonce du poète, son affirmation orgueilleuse, sa vision onirique d’une ville brillante, irréelle, hors-la-loi, comme le souvenir émerveillé d’un rêve que l’on voudrait retenir et qui s’éloigne peu à peu. Au KlaraFestival, la partition sera confiée au ténor britannique Ian Bostridge, qui, par sa voix de lumière, son sens du texte et son pouvoir d’expression, est sans doute le plus grand interprète de Britten aujourd’hui. Avant cela, on aura entendu quelques airs de Mozart (un autre répertoire où Ian Bostridge excelle). La fin du concert et le KlaraFestival en particulier est consacrée à la Symphonie en si mineur, D. 759, de Schubert, dite « Inachevée », pour toujours ouverte à tous les possibles.