23

Au programme : 3 maîtres en charango : Oscar Miranda, Bonny Alberto Teran, Alfredo Coca, et pour clôturer, le plus grand rassemblement de charanguistes en Europe, les « 100 charanguistes de Bruxelles ». Le charango, né en Bolivie de la rencontre des peuples, nous montre la capacité créative de l’homme des Andes à son environnement naturel.

La musique est un lien puissant entre les peuples. Les instruments typiques, tels des miroirs nous donnent à connaître les histoires, les ambitions et les capacités de chaque région. Le charango est né au 18ème siècle, quand les indigènes Quechuas ont créé un nouvel instrument inspiré de la guitare baroque (la vihuela), interprétée dans la musique sacrée des églises de Potosi et Sucre. De Potosi, le charango s’est étendu au reste des pays andins.

Au rendez-vous cette année :
Oscar Miranda (Argentine), un jeune maître en charango au talent exceptionnel, qui interprète ses compositions, subtile mélange de traditions et de modernité, avec une émotion contagieuse et des couleurs musicales qui unissent les peuples et les traditions au-delà du temps et des frontières.
Bonny Alberto Teran (Bolivie), nous vient de la région de Potosi. Spécialiste du kalampeado, une technique de jeu particulière de sa région, qui consiste à jouer une mélodie à travers un rythme. Chaque composition raconte une histoire qu’il interprète avec conviction avec un charango aux cordes métalliques accordé de manière spécifique.
Alfredo Coca (Bolivie), est sans conteste l’un des plus grands maîtres en charango, reconnu comme tel dans toute l’Amérique Latine. Il nous invite à découvrir toutes les facettes de la culture bolivienne, entre vallées et hauts plateaux de la Cordillère, avec enchantement et un très grand talent.
Enfin, pour la première fois sur scène en Europe, nous présenterons les « 100 charanguistes de Bruxelles » qui interprèteront ensemble quelques thèmes bien connus du folklore andin.