23

Les apparitions publiques de J.M.G. Le Clézio sont rares. Et pour cause : l’écrivain français voyage en permanence d’un bout à l’autre de la Terre. D’Albuquerque à Paris en passant par… Nankin, le Prix Nobel de littérature 2008 nourrit sa plume, sombre et étincelante à la fois.

À l’occasion de la cinquième édition du festival Passa Porta, il fait escale au Palais des Beaux-Arts. Il dialoguera avec Jean-Luc Outers sur le thème du festival, « Now & Then », sur l’ensemble de son œuvre et sur les révoltes qui l’animent depuis toujours. La rencontre sera précédée d'un discours d'ouverture par David Van Reybrouck.

Auteur d’une quarantaine d’ouvrages depuis Le Procès-Verbal, en 1963, J.M.G. Le Clézio est un observateur extrêmement affuté de notre monde et de notre époque. Il n’a jamais fait mystère de son intérêt pour les cultures amérindiennes ni de ses préoccupations écologiques. Variant les territoires, les points de vue et les styles, son œuvre (Désert, Ritournelle de la faim, Tempête, …) compte parmi les plus importantes de la littérature française et internationale. En janvier, il a également manifesté son émotion face à l’actualité, rédigeant une « Lettre à sa fille, au lendemain du 11 janvier 2015 », publiée par Le Monde.