23
deFilharmonie

deFilharmonieJaap van Zweden direction – Mikhail Rudy piano

Les fresques de Piero della Francesca, H 352 Bohuslav Martinů
Concerto pour piano et orchestre n° 3, Sz 119, BB 127 Béla Bartók
Symphonie fantastique, op. 14 Hector Berlioz

Il Gardellino

Il GardellinoRyo Terakado violon – Vittorio Ghielmi viole de gambe – Lorenzo Ghielmi clavecin – Marcel Ponseele hautbois – Jan De Winne flûte

Concerto pour viole d'amour et orchestre Antonio Vivaldi
Concerto pour violon, cordes et continuo, RV 554a Antonio Vivaldi
Concerto pour hautbois, en la majeur Antonio Vivaldi
Concerto pour violon, cordes et continuo, RV 767 Antonio Vivaldi
Concerto pour viole de gambe et cordes Giuseppe Tartini
Concerto pour violon, cordes et continuo, RV 335, "Il Rosignuolo" Antonio Vivaldi
Concerto pour flûte et orchestre Baldassare Galuppi
Concerto con molti strumenti Antonio Vivaldi

Orchestre National de Belgique

National Orchestra of BelgiumNikolai Alexeev direction – Boris Berezovsky piano

Les Levants de Tiwanaku, création mondiale Claude Ledoux
Concerto pour piano et orchestre n° 3, op. 26 Sergueï Prokofiev
Symphonie n° 5, op. 64 Pyotr Tchaïkovsky

Orchestre National de Belgique

National Orchestra of Belgium

Symphonie n° 8, D 759, "Inachevée" Franz Schubert
Symphonie n° 9, D 944 Franz Schubert


A l'occasion de sa présidence de l'Union européenne, l'Autriche débarque au Palais des Beaux-Arts. Un concentré de sa culture, sous toutes ses formes : des ombres inquiétantes de Jelinek, prix Nobel de littérature, aux lumières de Mozart.

Deux lignes de force structurent ce portrait autrichien, à commencer par Mozart dont on fête, ce 27 janvier, le 250e anniversaire de la naissance. Mais c'est surtout de sa mort dont il faut parler pour le dévoiler : chrétien avec le Requiem ? Ou franc-maçon avec les dernières Symphonies ? Réponse avec le chef John Eliot Gardiner qui les confronte à un jour d'intervalle. Le débat est aussi dans l'air avec l'intégrale des Concertos pour piano de Mozart, partagés entre les fanas des instruments d'époque, comme van Immerseel ou Staier, et les accros au Steinway moderne, façon Zacharias, Anderszewski ou Grimaud.

En février, second événement : l'expo Wiener Werkstätte, l'atelier viennois des artistes décorateurs, et sa principale réalisation, à Bruxelles : le Palais Stoclet. De quoi s'immerger dans la beauté pure, tellement bien incarnée par Klimt, d'un art total qui fusionne l'artiste et l'artisan. Les arts de la scène, la littérature et le cinéma font ensuite leur entrée en force avec le théâtre subversif d'Elfriede Jelinek, touillant dans le passé trouble de l'Autriche ; avec les films radicaux de Peter Kubelka et la danse post-moderne de la plate-forme viennoise ImPulsTanz. Sans oublier la valeur la plus sûre de l'Autriche : son Philharmonique de Vienne. Ouf !

Précédemment