15

L’amour de Cortini pour le synthétiseur Music Easel de Buchla n’est que l’un des nombreux moyens d’expression lui permettant d’élargir ses horizons. La série Forse, une trilogie de double LP sortie sur Important Records, est le fruit de ses expérimentations. Elle a été composée puis, en l’espace d’un mois, adaptée pour être interprétée en live sur un Easel. À cette époque, Cortini travaillait sur l’album instrumental Ghosts I-IV avec Nine Inch Nails. L’Italien s’est longtemps penché sur l’électronique live tout en réinventant son rapport à la guitare (son instrument initial) avec Nine Inch Nails et How To Destroy Angels. Il poursuit également un projet solo intitulé SONOIO.

 

La série Sonno, sur le label Hospital Productions de Dominick Fernow, est un sublime jeu de questions-réponses « à la fois tout en retenue et étrangement touchant » avec le Roland MC 202. Cortini s’éloigne des approches académiques souvent plébiscitées par les défenseurs enthousiastes du hardware. Fin 2014, l’album Skarn, sa première sortie sur le label Avian de Shifted (un expérimentateur techno de premier plan), souligne à nouveau ses talents de producteur et compositeur interdisciplinaire. Le dialogue de Cortini avec le Metasonix est synonyme d’une intégration plus profonde et assimilative, dans un univers sonore orienté techno tout à fait personnel. D’autres créations ont vu Alessandro collaborer sous le nom de Slumberman avec le label techno/électronique d’envergure CLR et la célèbre série Panzerkreuz (La Haye). Cortini, aujourd’hui reconnu par la communauté électronique comme un élément essentiel de la scène, fait preuve d’un profond respect pour ses prédécesseurs et évolue en harmonie avec ses pairs, tout en posant les prémisses d’un rôle futur dynamique et influent.