22

Simone Bitton est une documentariste française réputée. Vivant au Maroc, en Israël puis en France, elle se considère comme « une Juive arabe qui n’aime pas les murs et les frontières ». Son identité protéiforme et sa sollicitude pour le genre humain ne pouvaient générer en elle que l’envie de mettre Darwich en image.  L’occasion se présenta pour elle en 1998, année au cours de laquelle elle tourna, avec la complicité d’Elias Sanbar, Mahmoud Darwich : et la terre comme la langue. « Si la beauté et la profondeur de cette œuvre a conquis tant de lecteurs de par le monde, et au travers de tant de traductions, c'est qu'elle nous concerne tous, et que chacun peut se reconnaître en elle », écrira la cinéaste.

Nous vous en proposons la projection à 18 h, ce 25 janvier, en présence de la réalisatrice. Cette séance sera précédée, à 16h45, de Mahmoud Darwich à Tolède, un court métrage inédit, produit par la Chaire Darwich, également signé par Simone Bitton.