17

Début février, l’Université catholique de Louvain (UCL) remet les insignes de docteur honoris causa à trois « savanturiers » dans le cadre de l’Année Louvain de l’aventure scientifique : Eric Lander, mathématicien et généticien, Cindy Lee Van Dover, biologiste et océanographe, et Sanjay Subrahmanyam, historien et chef de file de « l’histoire globale » ou « connectée ». Le mardi 7 février, ils seront présents à BOZAR dans le cadre des Rendez-vous de l’UCL à Bruxelles et y rencontreront à cette occasion Françoise Schein, architecte, urbaniste et artiste en résidence à l’UCL. Ils détailleront leur aventure scientifique et artistique avec la complicité de Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef au journal Le Soir.

Eric Lander est un mathématicien et généticien américain enseignant à MIT. Il est l’un des principaux leaders du consortium international sur le séquençage du génome humain. En 2008, il a été nommé par Barack Obama Co-Chair du PCAST, qui regroupe 21 des meilleurs scientifiques et ingénieurs américains pour conseiller le président américain sur les sciences et les technologies. 

Cindy Lee Van Dover, biologiste et océanographe américaine, est professeure à la Duke University et directrice du Duke University Marine Laboratory. Ayant bénéficié de nombreuses bourses de recherche d’institutions américaines comme la NASA ou la National Science Foundation, elle est une Founding Trustee du Consortium for Ocean Leadership, qui étudie les écosystèmes en grande profondeur.

Sanjay Subrahmanyam est un historien indien, professeur à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) et professeur invité au Collège de France. Chef de file de l’histoire globale (ou connectée), qui propose une « vision multipolaire du monde », il est également l’auteur de Three Ways to Be Alien, qui croise les destins de trois personnages sillonnant l’Europe, l’Iran et l’Inde moghole. 

Françoise Schein, artiste, architecte et urbaniste belge, inscrit les droits humains sur les parois des cités européennes, américaines ou moyen-orientales : sur les voûtes de stations de métro, les murs de quartiers défavorisés ou les façades de centres culturels. Son approche, à la confluence de l’art, de l’architecture et de la philosophie, associe les habitants à la production de ses œuvres.