16

Le collectif «Congo Eza » n’est pas une compagnie de théâtre et n’est pas organisé comme tel. Il est soutenu par Lezarts Urbains.

Trois voix fortes et singulières murmurent, racontent, expriment leur rapport au Congo et à la Belgique. Congo Eza est un long poème, un doute : « Comment être un enfant du Congo dans le pays de Tintin ? ».

Trois artistes de cette génération « bien assise le cul entre deux chaises » tentent de répondre : Joëlle Sambi, écrivaine et activiste, Lisette Lombé, slameuse et Badi, rappeur bruxellois. Entre appartenances, intimité et engagement, ils offrent une vision sensible, cocasse et sans concession de cet entre-deux - le Congo et la Belgique -, réceptacle de leurs identités et de leurs imaginaires multiples. Des samples de rumba congolaise, de soul, d’électro et des ambiances sonores habillent des textes pour aller aux frontières de la « voix parlée ».

Les Mybalés sont liées par une histoire commune et une complicité profonde grâce à leur gémellité. Ces deux danseuses transcendent les danses house, afro et hip hop dont elles s’inspirent pour créer une gestuelle propre à leurs personnages, de laquelle naît une poésie naïve et touchante. Les émotions qui les traversent nourrissent leur danse et peuvent créer des moments d’une intense puissance et aussi d’une certaine violence.