22

Le projet DIS-OTHERING - beyond Afropolitan & other labels couvre une exposition, des symposiums, un festival, des entretiens et des performances, un programme de résidences, une étude cartographique et un site Internet, tous proposés entre septembre 2018 et la fin de l’année 2019 à Berlin, Bruxelles, Vienne et Varsovie. Ces différents formats rassemblent des artistes, des communautés, des penseurs et des personnes de toutes origines qui réfléchissent sur les technologies et les contemporains sous l’appellation ‘Dis-Othering’.

 

Nous voulons proposer avec ‘Dis-Othering’ une forme de construction d’une identité sociale non pas basée sur ‘l’Autre’, mais sur soi-même. Une autoréflexion en quelque sorte. Un miroir. Un boomerang. C’est à dire qu’au lieu de chercher à détecter les défauts, les travers et la peur chez autrui, nous les incarnons et les faisons nôtres. C’est une acceptation et une identification de toutes les variables qui composent l’espèce humaine. Le projet s’inspire de l’adage Nguemba ‘Leh zo, A me ke Nde za’ qu’on peut traduire littéralement par ‘Garde ce qui est tien, je garde ce qui est mien’, en soi une réaction à l’invitation de pratiquer l’afropolitanisme. L’enjeu : comment pouvons-nous utiliser des étiquettes conceptuelles pleines de bonnes intentions sans tenir compte de leur dimension sociale, politique et économique, c’est-à-dire sans réfléchir à ce qu’elles produisent et aux modes de construction d’une identité qu’elles encouragent ? 

 

DIS-OTHERING - beyond Afropolitan & other labels is not about the ‘Other’ - which is just the ‘product’. Le projet est une réflexion sur les méthodologies utilisées par les institutions et la société en général pour construire et entretenir l’altérité. Sur la marchandisation et la cooptation de ‘l’Autre’, des stratégies paternalistes qui touchent jusqu’au secteur culturel. 
Artistic Director Bonaventure Soh Bejeng Ndikung

Précédemment