19

Entre le passé et le présent, au Maroc. Des êtres reliés sans le savoir : Abdallah, Salima, Joe, Hakim et Inès.  Différents visages, différentes luttes, mais un seul souffle. Et une ville, Casablanca, comme un fragment du réel, comme le mythe aussi d’un film entièrement tourné en studios à Hollywood, que la réalité vient se réapproprier.

Nabil Ayouch est un réalisateur franco-marocain. Né à Paris, il travaille et habite à Casablanca. En 1997, il réalise son premier long-métrage "Mektoub", qui remporte un énorme succès au Maroc et qui sera le premier film à représenter le Maroc à l'Académie des Oscars. Il réalise son deuxième film en 2000, "Ali Zaoua prince de la rue". Fort de ses succès, il poursuit sa carrière avec "Une minute de soleil en moins", en 2003. Le cinéaste revient quatre ans plus tard au cinéma, avec "Whatever Lola Wants". Il s'attèle ensuite à un documentaire, "My Land", qui donne la parole aux exilés palestiniens, expulsés de leurs propres villages lors de la création de l'État d'Israël en 1948. Nabil Ayouch se fait à nouveau l'ambassadeur du Maroc aux Oscars avec "Les Chevaux de Dieu" en 2012, qui traite d’un thème tristement actuel, celui de la radicalisation religieuse d'un jeune marocain et de son impact sur sa famille. Il réalise ensuite son septième long-métrage, "Much Loved", sur les prostituées de Marrakech.