18

Belgian National OrchestraHugh Wolff direction – Sergey Khachatryan violon

Programme

Aeriality Anna Thorvaldsdottir
Concerto pour violon et orchestre n° 1, op. 77 Dmitri Chostakovitch
Vorspiel und Liebestod (Tristan und Isolde) Richard Wagner
La valse Maurice Ravel


Là-haut, loin de la réalité terrestre, Aeriality (2010/11) nous invite à glisser dans l’air raréfié. L’œuvre de la compositrice islandaise Anna Thorvaldsdottir explore la frontière entre musique symphonique et art sonore. Après nous être faufilés entre les nuages, nous arrivons dans une salle de bal dorée de la Cour impériale d’Autriche. Après les horreurs de la Première Guerre mondiale, Ravel a retravaillé Vienne, une composition d’avant-guerre d’abord conçue comme un hommage à la ville et au roi de la valse Strauss, et l’a rebaptisée La Valse (1920). Derrière la légèreté des pas de danse se cachent une ambiance macabre et une critique acerbe de la décadence de la bourgeoisie cherchant refuge dans les divertissements mondains.
Un pas de deux entre la subversion et conformisme : voilà qui pourrait décrire la vie et l’œuvre de Chostakovitch. Sergey Khachatryan – premier lauréat en 2005 du Concours Reine Elisabeth – en interprète ce soir le Premier Concerto pour violon (1947/48). À cause de la censure sévère de l’apparatchik, l’artiste a dû attendre 1955 pour que sa composition, jugée trop « occidentale », soit jouée. Ce désir infini de quelque chose se situant hors de toutes conventions a aussi inspiré à Wagner son célèbre accord de Tristan dans l’opéra Tristan et Isolde (1865). Dans le finale, Isolde fusionne avec son bien-aimé : « Dans l'esprit qui palpite en un seul battement, se noyer, sombrer, inconsciente... Joie suprême ! » Hugh Wolff ouvre pour vous les portes de l’univers de la passion humaine extrême.