24

a nocte temporisReinoud Van Mechelen ténor – Anna Besson flûte – Miriam Rignol viole de gambe – Sarah Ridy harpe – Loris Barrucand clavecin

Programme:

The original Black Joke, sent to Dublin 
Red Joak // True Joke // White Joke // Blue Joke // Fancy's all (Leslie's March)
The Poor Shepherd 
Jack Laten 
Eleanor a run // Ellen a roon // Ailen Aroon 
Siege of Limerick, Teague The Irish Trooper 
Will you go to Flanders
Gilliecrankie // Irish Killiecrankie
Mister Cragh's Irish Tune // The Hawks of Ballyshannon
Maggie Lawder 
Anna, a particular Irish song (Banks of Banna)
Roisin Dubh // Donald Og
Hunt the squirrel // A reell for Jannie // Up with Ailey // Aird's // Chorus Jig
My Nanny O

S’il fallait retenir un style musical à la mode dans la Londres du XVIIIe siècle, ce serait le style italien. Durant près de trente ans, l’illustre Händel y donna naissance à une série d’opéras italiens. C’est aussi à Londres que Geminiani vint s’établir et qu’une édition des œuvres orchestrales de Corelli vit le jour. Mais à cette époque les Anglais n’avaient pas seulement les oreilles tendues vers le Sud. Depuis le début du XVIIe siècle, sous Jacques Ier, le public londonien s’enthousiasmait pour les chants traditionnels écossais, un engouement dont témoigne la publication – en de nombreux exemplaires – du recueil Orpheus Caledonius en 1725. Si les Irlandais indociles étaient moins aptes à la réconciliation avec les Londoniens, de nombreux airs irlandais ont tout de même fait leur apparition dans la vie nocturne de la ville. A nocte temporis, l’ensemble du ténor Reinoud Van Mechelen, n’a donc manqué de choix pour concevoir ce surprenant programme en terres britanniques.

 

CD Release : Trailer

Écoutez la playlist "Early Music" sur Spotify

 

Le saviez-vous ?

  • Portrait: Reinoud Van Mechelen

    Le jeune ténor belge Reinoud Van Mechelen a le vent en poupe. Alliant légèreté du timbre, expressivité et clarté d'élocution, le chanteur apporte un souffle de fraîcheur à la scène musicale baroque. Nous nous sommes entretenu avec lui autour du « portrait » que BOZAR lui consacre tout au long de la saison.

    — publié le