20

OUVERTURE DU FESTIVAL AFROPOLITAN

Marie France Vodikulwakidi, maître de cérémonie du Festival Afropolitan 2018,  présentera les évènements durant les trois jours.

Creative et dynamique, elle mène une carrière dans les Public Relations et comme influenceuse. Elle a créé l’entreprise Connect The Dots et  incarne la nouvelle génération des Afro-belges.

 

Projection du court métrage Les Indes galantes (FR, 2017) de Clément Cogitore suivie de la performance inédite « Fari Foni Waati » de la chorégraphe Bintou Dembele.

Clément Cogitore adapte une courte partie du ballet des Indes galantes de Jean-Philippe Rameau, avec le concours d’un groupe de danseurs de Krump, et de trois chorégraphes : Bintou Dembele, Igor Caruge et Brahim Rachiki.

Le Krump est une danse née dans les ghettos de Los Angeles dans les années 90. Sa naissance résulte des émeutes et de la répression policière brutale qui ont suivi le passage à tabac de Rodney King.

Après des études à l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, et au Fresnoy-Studio national des arts contemporains, Clément Cogitore développe une pratique à mi-chemin entre cinéma et art contemporain. Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux et ont été récompensés à plusieurs reprises. Son travail a également été projeté et exposé dans de nombreux musées et centre d’arts. En 2015 son premier long-métrage « Ni le ciel, Ni la terre » a été récompensé par le Prix de la Fondation Gan au Festival de Cannes – Semaine de la critique, salué par la critique et nominé pour le César du meilleur premier film. La même année il reçoit le Prix BAL pour la jeune création. En 2016 il reçoit le Prix Science Po pour l’art contemporain et le 18ème Prix de la Fondation d’Entreprise Ricard pour l’art contemporain.

Bintou Dembele est une danseuse chorégraphe reconnue comme l'une des pionnières de la danse Hip Hop en France. Après avoir dansé plus de trente ans dans le monde Hip Hop, Bintou Dembélé est depuis 2002 directrice artistique de sa propre compagnie de danse Rualité. Son travail porte notamment sur la mémoire du corps à travers le prisme de l'histoire coloniale et post-coloniale française.