13

Haochen Zhang piano

Programme

Préludes n° 5, 6, 7, 12 (2e livre) Claude Debussy
Dans les brumes Leoš Janáček
Sonate pour piano, S. 178 Franz Liszt


« Je me sens irrésistiblement attiré vers la musique méditative, introvertie. » Voilà un aveu inhabituel pour un jeune interprète. C’est pourtant ce qu’assure le pianiste chinois Haochen Zhang qui ajoute que cette prédilection tient sans doute à son caractère plutôt renfermé. On ne s’étonnera donc pas qu’il nomme de sensibles poètes du clavier comme Radu Lupu, Murray Perahia et Alfred Cortot lorsqu’on lui demande quels sont ses modèles. Mais c’est justement parce qu’il prend ses distances avec une virtuosité tonitruante qu’il a déjà une carrière remarquable derrière lui. En 2009, il remporte à dix-neuf ans le premier prix et la médaille d’or au Concours Van-Cliburn, en 2017 lui est attribuée la fameuse Avery Fisher Career Grant. Aux États-Unis, où il a suivi l’enseignement de Gary Graffman, il s’est déjà produit avec les orchestres de Philadelphie, San Francisco et Los Angeles, en Europe avec l’Orchestre symphonique de Londres et le Philharmonique de Munich, ailleurs avec le Philharmonique d’Israël. Il poursuit maintenant son chemin pavé de succès aux Palais de Beaux-Arts.