22

Noa Wildschut violon – Elisabeth Brauss piano

Programme

Sonate pour violon et piano, op. 162, D 574 Franz Schubert
Sonate pour violon et piano César Franck
Danse macabre, op. 40 Camille Saint-Saëns


Un miracle de musicalité originale, spontanée et toujours libre, lit-on dans le Süddeutsche Zeitung sur la violoniste néerlandaise Noa Wildschut. Elle n’a que 17 ans, mais cela fait déjà des années qu’elle s’est fait remarquer dans le monde de la musique classique. À l’âge de 7 ans, elle a fait ses débuts au Concertgebouw d’Amsterdam lors d’un concert donné dans le cadre de « The Night of the Promising », et depuis 2016, elle enregistre exclusivement pour Warner Classics. Wildschut est souvent invitée à se produire lors de festivals, de récitals et de concerts en solo tant aux Pays-Bas qu’à l’étranger. Elle a partagé la scène avec des musiciens expérimentés tels qu’Anne-Sophie Mutter, Janine Jansen, Menahem Pressler, Ramón Ortega et Vesko Eschkenazy. Elle a joué avec des orchestres tels que le Pittsburgh Symphony Orchestra, le Kremerata Baltica, le Sinfonieorchester Basel et l’Orquestra Sinfônica Municipal de João Pessoa au Brésil. Ce dimanche, elle présentera à BOZAR la Danse macabre de Camille Saint-Saëns.

 

Le saviez-vous ?

  • Nouvelle année. Nouveau piano

    En été 2018, le directeur de BOZAR Music Ulrich Hauschild s’est rendu à Hambourg avec sa liste de commissions. Sur cette liste, un seul article, non négligeable cependant : un piano Model D Grand Concert flambant neuf. Dans le légendaire atelier Steinway, un ami lui a donné un coup de main pour choisir l’instrument idéal pour notre salle de concert : le pianiste de renommée mondiale Igor Levit.

    — publié le