15

Il y a deux ans, Paola Viganò et des étudiants de l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont présenté la « Métropole horizontale » lors de la Biennale de Venise. Il s’agit d’un projet radical sur le développement de la ville diffuse, qui utilise un nouveau cadre conceptuel dont les mots clefs sont la porosité, l’isotropie, la connectivité, l’horizontalité et l’espace comme ressource capitale et renouvelable. L’exposition est une contre-théorie : contrairement au débat dominant sur l’avenir de la ville, il est affirmé ici que la ville diffuse peut se développer de manière durable. Cet été, c’est au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles que l’exposition aura lieu. Elle y reprend la recherche menée par Paola Viganò sur la « Métropole horizontale » et y applique le concept au contexte belge. Aux cinq cas déjà existants – dont la ville territoire à Lausanne, la Citta diffusa à Venise, la Mégapolis aux États-Unis et Desakota en Chine – trois cas belges seront ajoutés durant une summer school : le centre de la Flandre orientale, les jardins de l’Ouest à Bruxelles et la vallée de la Sambre en Wallonie.
 

Précédemment