19
I am a mistake

Ensemble Recherche Ensemble – Troubleyn/JanFabre mise en scène, texte – Chantal Akerman film – Mathias Horn chant – Johannes M. Kösters chant – Hilde van Mieghem comédienne – Tawny Andersen performeur – Manon Avermaete performeur

I am a mistake (Seraphin III) Wolfgang Rihm

I am a mistake

Ensemble Recherche Ensemble – Eleonoara Mercatali performeur

I am a mistake (Seraphin III) Wolfgang Rihm

I am a mistake

Sylvia Camarda performeur – Manon Avermaete performeur

I am a mistake

Ensemble Recherche Ensemble – Lucas Vis direction – Troubleyn/JanFabre mise en scène, texte – Chantal Akerman film – Mathias Horn chant – Johannes M. Kösters chant – Hilde van Mieghem comédienne – Sylvia Camarda performeur – Tawny Andersen performeur – Manon Avermaete performeur – Eleonoara Mercatali performeur

I am a mistake (Seraphin III) Wolfgang Rihm


Fumer ne tue pas la liberté. « Le spectacle commence dans le noir, par un dessin à la cigarette. Vous voyez ? Comme quand, adolescents, on restait couché des heures sur son lit, à fumer et faire des dessins dans le noir avec sa cigarette. » Jan Fabre met en scène l'interdiction générale de fumer pour revendiquersa liberté d'artiste et d'individu. Cela donne un concerto pour actrice, quatre danseuses et une comédienne, orchestré par le compositeur Wolfgang Rihm. Et un film de Chantal Akerman. À voir en création le mardi 11 décembre au Palais des Beaux-Arts !

Par Kurt De Boodt (entretien avec Jan Fabre à paraître dans le BOZAR MAGAZINE de décembre)

J'ai rencontré Jan Fabre en pleine période de répétitions avec les danseuses et la comédienne Hilde van Mieghem. La semaine suivante, Chantal Akerman entamait son tournage nocturne dans la région de Troubleyn/Laboratorium, dans le Seefhoek anversois, quartier de naissance de Jan Fabre. Après le montage, ce sera au tour de l'Ensemble Recherche de répéter avec Wolfgang Rihm. Et toutes les pièces du puzzle seront alors enfin assemblées. Visiblement, Jan Fabre adore jouer aux combinatoires avec les artistes. À propos de Wolfgang Rihm, il dit : « J'avais découvert sa musique via Peter Sloterdijk, l'écrivain-philosophe. J'avais travaillé avec ce dernier notamment sur mon film The Problem. Sloterdijk est un ami de Wolfgang Rihm et de l'historien de l'art Hans Belting, qui a écrit quelques fois sur mon travail. Ensemble, ils formaient ce qu'on appelait la Karlsruhe Schule. Pour moi, il était certain que je travaillerais un jour avec Wolfgang. La musique est présente pendant tout le spectacle, qui se clôture avec Sprechstimme. Wolfgang Rihm a entièrement analysé le texte et, dans sa partition, il a donné des consignes de régie sur la manière de dire le texte. Il a mis énormément d'énergie et de travail dans ce projet ». À propos de Chantal Akerman : « L'an dernier, Chantal et moi avions tous deux une exposition solo à Madrid. J'étais à son ouverture, elle était à la mienne, nous avons conversé et le courant est passé. Jeanne Dielman, Toute une nuit,… : ce sentiment de nuit, cette solitude. J'ai vu un beau lien entre nos approches et j'ai proposé de tourner le film avec elle. C'est une grande artiste. Enfin, à propos de Hilde van Mieghem : « J'aime son intensité, sa persévérance. Je voulais créer une distance supplémentaire entre moi et le personnage, et j'ai donc choisi volontairement une femme. Elle a cinquante ans aujourd'hui et je trouve qu'elle vit son corps avec une extrême beauté. J'aime sa sensualité et sa voix éraillée de plein de cigarettes, d'alcool et de vécu. » (...)