20

La troisième édition de Tendencies a lieu dans le cadre des Nuits sonores de Bruxelles. Comme lors des éditions précédentes, l'exposition s’articule autour de l’art, de la technologie et de la science. Cette année, le thème exploré est l'art sonore avec des installations sonores des trois artistes belges Christoph de Boeck, Aernoudt Jacobs et Kurt d’Haeseleer en dialogue avec les artistes internationaux Pascal Broccolichi (FR), Voldemärs Johansons (LV) et Katerina Undo (GR).

L’art sonore est la « zone d’ombre » de rencontre entre art plastique, son, musique et technologie. Voir le son, entendre une image : depuis le début du XXe siècle, un certain nombre d’artistes considèrent le son comme une matière. Il est devenu un élément essentiel de la création d’une installation ou d’une sculpture.

L’art sonore s’appuie aujourd’hui sur une scène internationale dynamique. Des expositions présentées dans de nombreux musées – Hayward Galerie (Londres), Centre Pompidou (Paris), Macba (Barcelone), ZKM Karlsrühe, Akademie der Künste (Berlin) – prouvent que la discipline jouit d’un intérêt bien réel.


L’œuvre de Christoph De Boeck (BE, directeur artistique d’Overtoon) est un bel exemple d’art sonore. En capturant l’activité inaudible de l’acier, Floating Beam évoque les situations de stress. Les petits bruits de l’acier sont soumis à un processus et rassemblés au sein d’une bande-son, celle d’un morceau de métal rongé par la rouille. Floating Beam est le fruit d’une collaboration avec le Departement of Metal and Material Engineering de la KU Leuven.  

The Induction Series d’Aernoudt Jacobs (BE, directeur artistique d’Overtoon) utilise l’induction électromagnétique pour produire des sons. Un objet du quotidien – par exemple un bidon d’huile – déclenche, lorsqu’il est associé à des aimants ou des bobines, un champ électromagnétique qui produit des vibrations audibles. Le spectateur se trouve au beau milieu de l’installation.

Kurt d’Haeseleer (BE, directeur artistique de Werktank) utilise le principe du « Pepper’s Ghost » : une technique qui crée des illusions de théâtre grâce à des réflexions. Dans The White, elle donne vie à une expérience audiovisuelle surprenante et intense, au carrefour entre la peur et l’extase. Comme un enfant effrayé qui se cache les yeux tout en regardant entre ses doigts.
Avec Audiosphères, Pascal Broccolichi (FR) développe des instruments électroacoustiques à haute technologie, dans la prolongation de « l’acousmonium » de François Bayle (Groupes de Recherches Musicales, 1974) : un système complexe de 80 haut-parleurs qui laissent entendre de la musique électronique. Deux sphères contenant chacune 34 haut-parleurs projettent la « musique concrète » de Broccolichi de façon inimitable dans l’espace d’exposition.

Cette exposition est proposée par Joost Fonteyne. Depuis 1999, il présente presque chaque année des expositions internationales consacrées à l’art sonore à Courtrai sous le nom de Klinkende Stad. Il est le directeur de Wilde Westen.