20

La conférence de Georges Descombes représente la clé d’entrée de la seconde édition de la Brussels Urban Landscape Biennial (BULB). L’occasion de mettre en avant une culture et une méthodologie opérationnelle paysagère et territoriale singulières, questionnant notamment la mémoire morphologique d’un fragment de territoire, le sens d’un lieu et enfin, l’usage de l’eau, comme allusion à un dispositif passé.

Dans bon nombre de ses projets, Georges Descombes réinvente le sens du lieu en décrivant ce qui est présent et ce qui n’est plus. C’est par le biais d’une « sensibilité topographique » que ses projets paysagers cherchent à traduire avec le plus de force le sentiment de perte et de disparition. La surface du terrain, où s’inscrit l’histoire de sa transformation, tient lieu de carte et d’archives.
Avec le rejet définitif de la métaphore classique du théâtre appliquée au paysage, a débuté la recherche d’une manière nouvelle et plus vivante de définir le paysage.

Georges Descombes vit et travaille à Genève. Après des études à Genève, Zurich et Londres à l’Architectural Association Graduate School, il a enseigné à l’Institut d’architecture de l’Université de Genève – dont il a cofondé le programme d’enseignement du paysage – et à l’Institut Berlage à Amsterdam. Professeur invité à la Graduate School of Design de Harvard et à l’Université de Virginie, Georges Descombes est un conférencier reconnu tant en Europe qu’aux Etats-Unis.

Ses principales réalisations comprennent le Parc de Lancy, l’itinéraire genevois de la Voie suisse, le Bijlmer Memorial à Amsterdam, le Parc de la cour du Maroc à Paris, le Parc de la Confluence et les Jardins de Saône à Lyon, ou encore l’aménagement et la revitalisation de l’Aire à Genève. Parmi ses projets en cours, on compte le quai des Matériaux à Bruxelles et les Jardins