21

Rassemblez des jeunes, des politiciens et des artistes et invitez-les à travailler sur les questions de l'avenir de nos sociétés européennes pendant un an. Résultat ? Des étincelles ! 
Au cours de la troisième édition de « Next Generation, Please! », des centaines de jeunes des écoles et associations de jeunesse belges collaborent avec des jeunes Français, Serbes, Anglais, Grecs, Irlandais et Danois sur des thèmes tels que la liberté, la citoyenneté, la révolution, l’identité et la démocratie. Chacun les aborde à sa façon : performances, installations, compositions, histoires audio, montages vidéo impressionnants. À la fin de l’année scolaire, le résultat final est présenté lors d’une exposition pop-up au Palais des Beaux-Arts. À celle-ci viennent se greffer des conférences, des performances et des débats qui forment le cœur de l'exposition interactive « Next Generation, Please! ». Découvrez ici les projets sélectionnés pour cette saison 2018-2019.
 

PROJETS SÉLECTIONNÉS

Atheneum Brussel 

Les élèves de cinquième secondaire générale de l’Atheneum Brussel voient les choses en grand ! Avec l’artiste Dirk Hendrikx, les philosophes Steven Raemen et Gideon Hakker ainsi que le journaliste Lode Delputte se penchent sur le thème de la liberté : comment la définir ? À quel point sommes-nous libres ? Que signifie le concept de liberté d’expression ?

Destelheide & Hanenbos

Avec vingt élèves du COOVI Anderlecht, la chorégraphe et danseuse Yentl de Werdt plonge dans le thème de l’égalité des genres. La vraie égalité entre hommes et femmes reste encore un idéal à atteindre en Europe. Comment pouvons-nous nous débarrasser des stéréotypes nuisibles ? Le philosophe Jan Knops accompagne les réflexions et les dialogues. Grâce à des collaborations avec des organisations serbes, françaises et grecques, les élèves élargissent leur pensée à d’autres régions de l’Europe.

École Mondiale

L’École Mondiale développe, au fur et à mesure de ses promenades dans la vallée de la Senne, un modèle politique alternatif pour la ville de Bruxelles. La structure hydrographique spécifique de Bruxelles, avec ses huit vallées de ruisseaux, forme la base d’un modèle d’avenir où le paysage joue un rôle central dans l’administration de la ville. Quinze étudiants de Sint-Lukas Brussels, de Sint-Lukas Kunsthumaniora et de l’ERG se lancent dans l’aventure avec l’artiste Filip Van Dingenen. Les partenaires internationaux sont le Schumacher College dans le Devon, l’Edinburgh College of Art et l’Askeaton Contemporary Arts en Irlande. 

Emotional Europe

Emotional Europe jette un nouveau regard sur le pouvoir de la participation citoyenne et l’engagement dans l’Europe fragmentée d’aujourd’hui. Que cela signifie-t-il d’être un citoyen européen ? Quelles valeurs défendons-nous ? Le chorégraphe roumain Cosmin Manolescu observe, depuis le « corps émotif », des problèmes actuels et part à la recherche d’un langage commun avec des jeunes belges et roumains dans le cadre de la Présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne.

Institut Communal Technique Frans Fischer

Les jeunes de l’Institut Communal Technique Frans Fischer à Schaarbeek explorent les frontières entre la réalité et le souvenir, entre un lieu et ce qui s’y est déroulé autrefois. À l’aide d’imprimantes 3D, de photographies et de sons, ils recréent les trajets que les migrants ont effectués et les lieux qu’ils ont visités au fil de leur parcours. Le partenaire international est un spécialiste en la matière : l’école G. La Pira à Pozzalo en Sicile accueille des immigrés mineurs.

IStudio/IS asbl

Accompagnés par les jeunes de l’asbl Calame de Saint-Josse-Ten-Noode, l’IStudio et l’asbl IS prennent pour point de départ les slogans de mai 68 pour réduire des thèmes abstraits en segments faciles à assimiler. Les participants et les artistes Safa-Eddine Taghian, Nikoo Nateghian et Olivier De Roeck s’inspirent de l’échange avec l’école française Le Fresnoy pour réaliser une installation qui mêle son, image et musique.

Muziekforum

Pendant une année, les étudiants du Conservatoire royal d’Anvers échangent des idées sonores avec des étudiants du Høy Design College danois, les membres du groupe de pop Alexandra Gadzina Band, Katharina Smets et Mauro Pawlowski. Ensemble, ils expérimentent avec de nouveaux formats et développent des histoires audio touchantes qui vont au-delà des visions européennes rouillées. Ils se mettent à la recherche de nouvelles histoires derrières les processus (comme la migration ou les stéréotypes) et les valeurs (responsabilité civique et justice sociale).

Thomas More Kempen

À quoi ressemble le professeur idéal ? Comment la société européenne actuelle détermine-t-elle l’identité du professeur ? Vingt étudiants de l’enseignement maternel, primaire et secondaire se penchent, avec des artistes et des politiciens, sur le rôle déterminant joué par le contexte et la société sur l’identité du professeur. Comment ce professeur, qui doit mener les enfants et les jeunes à ouvrir leur vision dans un monde en évolution ultrarapide, aborde-t-il des thèmes tels que la citoyenneté mondiale et la culture ? 

European Activism Incubator, Zinemma, Margins

Les médiaux sociaux sont partout : on ne manque pas de YouTubers ou d’Instagrammers influents. Mais comment les femmes sont-elles représentées en ligne ? Y a-t-il assez de personnalités féminines qui s’expriment sur les questions sociales ? Ce projet, qui vise à susciter une image positive à l’aide de vidéos et de photos, est une collaboration entre Zinnema, Margins, European Activism Incubator et un groupe de jeunes filles.

Philocité & École Supérieure des Arts de la Ville de Liège, Académie Royale des Beaux-Arts de Liège, La Baraka

Pour « Next Generation, Please! », Philocité a conçu deux parcours à Liège : 
- Grâce à l’art du tatouage, Sofie Vangor et les étudiants de l’École Supérieure des Arts de la Ville de Liège s’intéressent à la révolution, à la contestation et à la relation entre l’image et le corps. La doctorante en philosophie Jessica Borroto encadre les discussions et les réflexions, dont une discussion sur le tatouage avec l'historienne de l'art Alix Nissen.
- Les jeunes du centre de jeunes « La Baraka » réfléchissent à la manière dont ils peuvent défendre leurs droits grâce au « krump », un style de danse. La chorégraphe et krumpeuse Hendrick Ntela soutenue par la réalisatrice Catherine Lévêque et le krumper Patribe Kanyinda les aident à mettre sur pied un projet multidisciplinaire axé sur le corps et à la révolution.

Digital natives

Digital Natives s’articule autour d’une réflexion artistique sur l’accessibilité des technologies et la représentation des minorités et des femmes, d’un point de vue historique et actuel en ligne. Ce projet ajoute une dimension unique à l’aventure « Next Generation, Please! ». BOZAR, en partenariat avec Soul of Nations à Washington D.C., des mentors d’artistes amérindiens et l’artiste belgo-italienne Sophie Saporosi, ont réuni un groupe de jeunes Belges de différentes origines afin de collaborer avec un groupe de jeunes Amérindiens. Ensemble, ils explorent l’intersectionnalité de leurs identités via les diverses couches qui composent leur patrimoine culturel. Ves jeunes pourront échanger leurs idées, partager leur énergie et débattre des défis auxquels ils sont confrontés, en ligne et lors de deux résidences aux États-Unis (novembre 2018) et en Belgique (mai 2019).

Le saviez-vous ?

  • Colloque : « Les places et les effets de l’artiste à l’école et sur les institutions culturelles »

    A l’occasion de la sortie de Outside/inside : Practices Between Art and Education, un livre collectif écrit par BOZAR, l’Institut Sainte Marie, le lycée Rodin, le Centre Pompidou et la fondation Pistoletto.

    lire la suite
    — publié le
  • © Caroline Lessire

    Concevez l'image de campagne de Next Generation, Please! Une exposition par et pour les jeunes à BOZAR

    Surprenez-nous avec une image inspirante qui attire l’œil, à l’image d’une jeune génération décalée et engagée. Les 10 premiers projets sélectionnés seront au cœur d’une exposition à BOZAR, parmi d’autres prix à emporter. You(th) can do it!

    lire la suite
    — publié le
  • Nos Digital Natives sont de retour

    Mais d’où reviennent-ils ? Des États-Unis, où ils ont retrouvé leurs homologues américains pour apprendre, rire et créer... Vous pourrez découvrir le résultat de ce voyage à BOZAR au mois de mai prochain, mais nous vous en donnons déjà un petit aperçu ici !

    — publié le

En cours et à venir

Précédemment