21

Dans la série de documentaires sur le chant a capella de 1992, ce portrait de Marie DAULNE accompagnée de sa sœur Anita, "ZAP MAMA", est le premier numéro. L'Afrique, terre de sa mère, l'Europe, terre d'un père qu'elle n'a pas connu. 

Ce métissage, Marie l'utilise dans ce qu'elle fait naturellement avec talent : le chant, qu'elle apprend avec sa mère congolaise depuis toujours, et dans la plus pure tradition orale.  Sa passion pour les techniques vocales lui font découvrir découvrir d'autres idiomes comme les musiques des pygmées Ba-banzélé et Mangbetu du Zaïre, la République Démocratique du Congo actuelle. 

Mais elle est aussi à l'écoute de styles comme le jazz, le gospel, la musique cubaine. Elle harmonise ces sons et ces rythmes, les différentes voix s'enchaînent dans une réjouissante polyphonie et polyrythmie; puis elle s’entoure de chanteuses de différentes origines, des voix qui n’ont pas peur de briser les normes de la musique occidentale en disant : « si les gens ne sont pas prêts de voir le monde, ils l’entendront par nos voix ! »

Elles sont belles les "ZAP MAMA", le pseudonyme de Marie qu’elle prête au quintet féminin… drôles, touchantes, pleines d'enthousiasme et d'intelligence. On les aime un peu, beaucoup, à la folie…

Réalisatrice: Violaine de Villers
Violaine de Villers écrit et réalise des documentaires à portée politique et des films d’art. Elle braque également son objectif sur les questions posées par l’exil, le déracinement et le phénomène de double culture qu’il engendre.