26

Un film magnifique, torride et sulfureux sur Betty Davis, la chanteuse funk et icône féministe qui a radicalement modifié la place de la femme dans le paysage musical. « Voir Betty Davis sur scène dans les années 1970, c’était comme vouloir regarder un Walt Disney et tomber sur un porno »,   pour reprendre la comparaison utilisée dans les années 1970 pour décrire les prestations scéniques de la chanteuse de funk. Car jamais une chanteuse n’avait été aussi loin ! Une façon de bouger frôlant l’indécence, un sex-appeal dévastateur et des paroles sulfureuses qui ont fait déglutir plus d’un homme (blanc) : c’était trop pour une Amérique à peine remise des luttes pour les droits civiques, à la recherche de quelque chose de plus policé et civilisé (par exemple les Supremes). Et la voilà face à une femme qui assume parfaitement sa chevelure afro et se vante dans ses chansons d’être une « Nasty Gal ». Une Madonna ou un Prince avant l’heure en fait.  Betty Davis a été la première femme noire à signer et à produire tous ses morceaux, avant de se retirer brutalement du circuit. Elle s’est battue pour être fidèle à ce qu’elle était mais elle était trop en avance sur son temps. Aujourd'hui – 35 ans plus tard – le monde n'a jamais été aussi prêt à rendre hommage à la plus grande prêtresse du Black Power de tous les temps.