26

En présence de Bo Wang (réalisateur).

China Concerto est un essai d'observation dédié aux images, représentations et performances dans les spectacles chinois contemporains. Le film a principalement été tourné à Chongqing, au plus fort de la campagne de propagande néo-maoïste de Bo Xilai, en 2010 et 2011, qui s'est ensuite soldée par le plus grand scandale politique de la Chine d'après 1989. Cachés sous l'apparence du capitalisme, des aspects du totalitarisme communiste persistent, tant dans l'économie que dans l'idéologie chinoises. Le film prend la forme markerienne de lettres fictives, lues par une voix féminine, dans lesquelles un homme décrit ce qu'il a vu lors d'un voyage en Chine.

Bo Wang (1982) est un artiste chinois résidant aux États-Unis. Outre China Concerto (2012), il a réalisé The Wangs (2016), Traces of an Invisible City: Three Notes on Hong Kong (2016) et Miasma, Plants, Export Paintings (2017). Son travail a notamment été présenté au MoMA et au Guggenheim Museum (New York), au festival CPH:DOX (Copenhague, Danemark) ainsi qu'à la Biennale de Shanghai.

Pour cette projection, Bo Wang a décidé de combiner China Concerto avec Dimanche à Pékin (1956) de Chris Marker. "La fascination de Marker pour la Chine des années 1950 fait écho à mon point de départ pour China Concerto, qui a débuté par une analyse approfondie de Chung Kuo, la Chine de Michelangelo Antonioni (1972), l'un des rares films occidentaux sur la Chine tournés au cours de ses décennies de fermeture, avec Dimanche à Pékin de Marker." (Bo Wang)