20

Pour l’artiste belgo-congolais Roland Gunst le lion flamand est ambigu. D’une part ce félin griffant l’effraye dans le sens où il symbolise une identité flamande soi-disant pure, qui de ce fait rejette l’étranger. D’autre part il est pris par un désir profond de voir arriver un Lion des Flandres qui délivrera son peuple. Un lion qui – comme le drapeau flamand laisse deviner – est noir.

Dans ‘Flandria’, une performance musicale qui se situe entre histoire et mythologie, ce jour est enfin venu : le lion noir ‘Roi Lion I des Flandres’ apparaît. Non pas pour délivrer la Flandre des français, mais pour une bonne fois pour toute résoudre le problème de l’intégration qui déchire la société. Lion I se jette dans la bataille contre le monstre hideux de l’assimilation, celui qui dévore tout cru tout un chacun qui est different.

Dans un rituel mystique avec la damoiselle Flandria – soprano Emma Posman – et accompagné musicalement par le Kugoni Trio, Gunst réfléchit sur l’identité flamande et imagine un royaume afropéen dans lequel l’impureté et l’interculturalisme sont célébrés.