23

À la moitié du mandat de quatre ans de Donald Trump comme président des États-Unis, le processus de paix israélo-palestinien est irréfutablement mort. Le coup de grâce a été l’adoption par la Maison blanche d’une idéologie israélienne radicale – aujourd’hui également dominante au sein du gouvernement israélien – qui rejette tant les fondements que les objectifs du processus d’Oslo, y compris le principe des territoires en échange de la paix, l’objectif d’une solution négociée à deux États, et la légitimité même des revendications et des aspirations politiques nationales des Palestiniens. Pour tous ceux qui refusent de voir le conflit comme un « jeu à somme nulle », il s’agit d’un moment historique qui s’accompagne de nombreux défis et opportunités : l’avenir du conflit israélo-palestinien, la façon dont il s’inscrit dans le contexte régional plus large et son impact sur ce dernier restent à définir.

Avant de présider la Foundation for Middle East Peace, Lara Friedman était directrice des politiques et des relations gouvernementales chez Americans for Peace Now. Elle a aussi été membre du service diplomatique américain, ce qui l’a amenée à travailler à Jérusalem, Washington, Tunis et Beyrouth. Lara Friedman est une spécialiste reconnue dans le domaine de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient, en particulier pour les questions en rapport avec le conflit israélo arabe, les colonies et Jérusalem, ainsi que du Congrès américain.

Caricaturiste:
Sara Qaed
est née en 1990 à Bahreïn. Elle a commencé à travailler comme dessinatrice de presse en 2009 et a publié ses dessins dans des journaux locaux et internationaux. Sara enseigne également l’art aux enfants, donne des conférences sur la narration graphique et a collaboré à un projet de mode.