18

Quand les révolutions connues sous le nom de « Printemps arabe » ont éclaté en Tunisie en 2010, avant de se répandre à plusieurs autres pays, elles ont inspiré des millions de personnes et galvanisé le monde entier. Mais l’égalité des sexes était la grande absente des revendications. Les appels à faire tomber le régime étaient légitimes et le sont encore aujourd’hui, car l’État oppresse tout le monde. Mais si l’État oppresse les hommes et les femmes, rappelons tout de même que l’État, la Rue et le Foyer oppriment ensemble les femmes. Et tant que les dictateurs dans les palais présidentiels, au coin des rues et dans les chambres ne seront pas renversés, personne ne sera libre.

Mona Eltahawy a une série de distinctions à son actif comme éditorialiste et conférencière internationale sur les questions arabo-musulmanes et le féminisme mondial. Elle est basée au Caire et à New York. Auteure de l’ouvrage Headscarves and Hymens : Why the Middle East Needs a Sexual Revolution publié en avril 2015, elle contribue aux pages d’opinion du New York Times. Ses articles ont paru dans plusieurs autres publications et elle est régulièrement invitée à la télévision et à la radio, où ses analyses sont très appréciées.

Caricaturiste:
Kianoush Ramezani
est un artiste et activiste iranien. Exilé et réfugié politique, il vit et travaille à Paris. Ses dessins satiriques sont publiés dans des médias français et étrangers.