23

Avec son nouvel ouvrage exhaustif Fabric of Reality, l’artiste Beat Streuli établit pour la première fois des connexions entre ses œuvres. Après Public Works (JRP Ringier, 2012), qui dressait un aperçu de ses installations de 1996 à 2011, Beat Streuli fait désormais le lien entre ses projets et photographies des sept dernières années et ses œuvres en noir et blanc du début des années 90 à New York. Le livre explore aussi les villes de Phnom Penh, Tanger, Marseille, Istanbul, Dubaï, Moscou, Hong Kong, Zurich et Cotonou. Présentées de manière très rapprochée, dans un rythme visuel dense, les œuvres donnent l’impression d’être le fruit d’une observation conceptuelle épurée, à la limite du documentaire. Deux longs essais philosophico-littéraires sur le thème de l’urbanisme et de la sociologie, ainsi que sur la théorie des médias et de la perception plongent l’œuvre de Streuli dans un contexte discursif.  

Né en 1957, Beat Streuli est un photographe et artiste visuel suisse. Il vit en partie à Bruxelles. Ses œuvres ont été exposées dans des galeries et musées internationaux. Il est connu pour ses portraits saisis dans la rue, souvent présentés dans des installations à grande échelle dans l’espace public. À travers ces photos, il documente la vie quotidienne dans les villes des quatre coins du monde.  

Pour ce livre, Hilde Van Gelder, professeure d’histoire de l’art moderne et contemporain à la KU Leuven et directrice du Lieven Gevaert Research Centre for Photography, Art and Visual Culture, s’entretiendra avec Beat Streuli, devant un diaporama d’images tirées de Fabric of Reality, créé spécialement pour l’occasion.

Introduction par Paul Dujardin.

La nouvelle œuvre de Beat Streuli est visible à la galerie Waldburger Wouters, à Bruxelles, du 25 avril au 25 mai