18

L’École Mondiale a imaginé un modèle alternatif pour la ville de Bruxelles en utilisant la promenade dans la vallée de la Senne comme pratique artistique et moyen de rechercher de nouvelles formes de diplomatie. La structure hydrographique spécifique de Bruxelles, traversée par huit petites rivières, sert de point de départ à un modèle futuriste dans lequel le paysage joue un rôle incontournable dans la gouvernance de la ville. Des étudiants en art de l’école secondaire Sint-Lukas, de Sint-Lukas Brussels et de l’ERG ont organisé une balade avec les artistes de l’École Mondiale. Comment faire entendre de nouvelles voix qui perçoivent la ville comme un paysage et comme un métabolisme autonome ? Par le biais d’une série d’itinéraires sensoriels et expérimentaux, ces étudiants ont entendu et reconnu ces voix. Leur travail collectif, qui comprend de la sculpture, des mises en scène et une fresque murale, est le reflet de ces expériences et de leurs déambulations le long des rivières de Bruxelles. Pendant l’exposition, l’École Mondiale et les étudiants organiseront une table ronde qui abordera les expériences qu’apporte la marche.


Young participants: Sint-Lukas Kunsthumaniora, Sint-Lukas Brussels & ERG 
Artist: Filip Van Dingenen 
Experts: Eric Corijn Brussels Academy / Cosmopolis, Kristiaan Borret, Bureau Bas Smets, Gids voor publieke ruimte in Brussel, Isabelle Stengers
European partners: Schumacher College in Devon, the Edinburgh College of Art and Askeaton Contemporary Arts in Ireland 
Theme: Walking as artistic practice, nature, Brussels 
Final output: Wall drawing, sculpture, installation and roundtable