24

TSUNEO NAKAI (Osaka, 1947), diplômé de l’université des arts de Tokyo, a commencé à réaliser des films expérimentaux à la fin des années 60. Les œuvres de Nakai traitent de la "réalité pseudomorphe" et sont étroitement liées aux mouvements étudiants de la fin des années 60 à Tokyo. Ses œuvres du début des années 70 hésitent entre matérialité et immatérialité. Dans Lumière (1971), inspiré par Wavelength (1967) de Michael Snow, la lumière de l’horizon de Hiratsuka s’approche d’une plage de sable. Dans Alchemy (1971), l’un de ses films les plus connus, qui a remporté le Grand Prix au 5e festival EXPRMNTL de Knokke-le-Zoute, Nakai a développé la transition négatif/positif et les effets de clignotement qu’il allait utiliser plus tard dans Elixir (1973). Dans Azoth (1973), l’« ici et maintenant » s’évapore à la suite d’une réaction chimique entre les images et le son. Plus tard, Nakai a élargi son champ d’action en se lançant dans la vidéo et l’art médiatique. Son collage vidéo Artificial Paradise (1989) a été présenté à la Documenta 8. Au début des années 80, Nakai a organisé l’exposition Video Cocktail. Ses récentes installations médiatiques incluent Tokyo Atomic Bomb (2009) et ilinx (2011).