18
Peasant opera

Béla Pintér auteur, mise en scène, comédien – Szilvia Baranyi comédienne – József Tóth comédien – Éva Enyedi comédien – Zsófia Szamosi comédienne – Sándor Bencze comédien – Tamás Deák comédien – Bertalan Veér violon – Gábor Pelva violon – László Nyíri violon – György Póta contrebasse – Bea Berecz professeur de chant – Zoltán Vida éclairages – Tamás Gresicki son – Tamás Kulifay technique – Gábor Tamás décor – Péter Horgas décor – Mari Benedek costumes – Anna Hidvégi production

Peasant opera

Béla Pintér auteur, mise en scène, comédien – József Tóth comédien – Zsófia Szamosi comédienne – Tünde Szalontay comédienne – Szabolcs Thuróczy comédien – Benedek Darvas musique, clavecin, viola – Gábor Pelva violon – György Póta contrebasse – Bea Berecz professeur de chant – Tamás Kulifay technique – Rozália Hajdú assistance mise en scène – Gábor Tamás décor – Mari Benedek costumes – Anna Hidvégi production

Peasant opera

Szilvia Baranyi comédienne – László Nyíri violon – Tamás Kulifay technique – Gyula Inhaizer administration – Anna Hidvégi production – Béla Pintér and Company

Peasant opera

Béla Pintér auteur, mise en scène, comédien – Szilvia Baranyi comédienne – József Tóth comédien – Éva Enyedi comédien – Zsófia Szamosi comédienne – Tünde Szalontay comédienne – Sándor Bencze comédien – Szabolcs Thuróczy comédien – Tamás Deák comédien – Benedek Darvas musique, clavecin, viola – Bertalan Veér violon – Gábor Pelva violon – László Nyíri violon – György Póta contrebasse – Bea Berecz professeur de chant – Zoltán Vida éclairages – Tamás Gresicki son – Tamás Kulifay technique – Rozália Hajdú assistance mise en scène – Gábor Tamás décor – Péter Horgas décor – Mari Benedek costumes – Gyula Inhaizer administration – Anna Hidvégi production – Béla Pintér and Company


Issu du champ de la danse et de la performance et formé au fameux théâtre Szkéné de Budapest, Béla Pintér est, avec Árpád Schilling, l’un des représentants de la nouvelle génération du théâtre hongrois. L’Opéra Paysan, l’une de ses productions les plus emblématiques, connaît depuis sa création en 2002 un immense succès. Spectacle difficilement classable, il mélange les genres et associe dans sa dramaturgie, légendes villageoises et événements du quotidien d’aujourd’hui. La partition mixe Pop-Rock, chansons folkloriques hongroises et musique baroque.
Tout commence comme il se doit par les préparatifs d’un mariage d’autant qu’il n’y a pas de temps à perdre: la mariée est enceinte. Mais comme tout dérape toujours dans les spectacles de Pintér: la sœur de la future en pince pour le fiancé, tandis que le père de celle-ci veut la marier à un chef de gare alcoolique pour de basses raisons. Au demeurant on apprend que le père de la future mariée n’est pas son père et que la mère a eu une aventure avec un surnommé «cowboy». Bref secrets de famille et secrets d’alcôve s’invitent en guest star à la noce.
S’inspirant librement de L’opéra des gueux de John Gay, le metteur en scène et acteur hongrois donne libre cours à sa fantaisie et, avec la complicité du compositeur Benedek Darvas, préside au mariage aussi formidable qu’illégitime de la forme de l’opéra baroque et des musiques populaires hongroises. Ainsi l’Opéra paysan voit alterner des récits accompagnés au clavecin et des arias qui sont en réalité des chants populaires hongrois. S’il respecte l’unité stylistique de l’opéra baroque, il y introduit de bruyants contrastes à travers les musiques traditionnelles et folkloriques. Usant de moyens tout à fait contemporains, questionnant les notions d’authenticité et de pastiche, Béla Pintér aborde les thèmes fondateurs de la tragédie avec un talent aigu de portraitiste et une énorme dose d’humour. Le résultat est spectacle magique, fantaisiste et drôle qui fait voler en éclats les drames les plus sombres.

Spectacle en hongrois, surtitré en français et néerlandais.