13
Mahler Chamber Orchestra

Mahler Chamber OrchestraVladimir Jurowski direction – Sophie Karthäuser soprano

Cvectic, kucica... la lugubra gondola (after Liszt) Marko Nikodijevic
Des Antonius van Padua Fischpredigt (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Lob des hohen Verstandes (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Symphonie n° 4 Gustav Mahler

Mahler Chamber Orchestra

Vladimir Jurowski direction – Gerald Finley baryton

Cvectic, kucica... la lugubra gondola (after Liszt) Marko Nikodijevic
Der Schildwache Nachtlied (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Lob des hohen Verstandes (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Symphonie n° 4 Gustav Mahler

Mahler Chamber Orchestra

Mahler Chamber OrchestraSophie Karthäuser soprano

Cvectic, kucica... la lugubra gondola (after Liszt) Marko Nikodijevic
Das himmlische Leben (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler

Mahler Chamber Orchestra

Mahler Chamber OrchestraVladimir Jurowski direction – Sophie Karthäuser soprano – Gerald Finley baryton

Cvectic, kucica... la lugubra gondola (after Liszt) Marko Nikodijevic
Der Schildwache Nachtlied (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Des Antonius van Padua Fischpredigt (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Wo die schönen Trompeten blasen (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Lob des hohen Verstandes (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Das irdische Leben (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Das himmlische Leben (Des Knaben Wunderhorn) Gustav Mahler
Symphonie n° 4 Gustav Mahler


La résidence du Mahler Chamber Orchestra se termine avec une œuvre bouleversante du jeune compositeur serbe Marko Nikodijevic. Cvetic, kucica… (Petite fleur, petite maison…) évoque le dessin d’une petite fille kosovare de 5 ans dont le corps a été retrouvé dans le Danube en 1999, et puise son matériau musical dans La lugubre gondola de Liszt. Les magnifiques Kindertotenlieder (Chants sur la mort des enfants) et la Symphonie n° 4 de Mahler, s’achevant sur un lied consacré à la vie céleste, développent le même thème. On peut compter sur la finesse de Vladimir Jurowski, Sophie Karthäuser et Gerald Finley pour irradier cette soirée de la beauté introspective qu’elle réclame.