16
Ictus

IctusJean-Luc Fafchamps piano – Gerrit Nulens percussions – Michael Schmid flûte

For Philip Guston Morton Feldman

Ictus

Gerrit Nulens percussions

For Philip Guston Morton Feldman

Ictus

IctusJean-Luc Fafchamps piano – Gerrit Nulens percussions

For Philip Guston Morton Feldman

Ictus

IctusJean-Luc Fafchamps piano – Gerrit Nulens percussions – Michael Schmid flûte

For Philip Guston Morton Feldman


Stimulé par les expériences sur la dilatation du temps menées par les compositeurs
new-yorkais « downtown » (Terry Riley et La Monte Young), Feldman écrit en 1984 son For Philip Guston pour flûte, percussions résonantes et piano, d'une durée anormalement longue : plus de quatre heures ! Les auditeurs seront invités à prendre place dans des transats de plage, à boire d'abondantes tasses de thé vert, et à se laisser hypnotiser par un des plus purs génies de la musique américaine.

Marcel Duchamp, qui avait entendu For Philip Guston, à New York, s'était écrié : « Un harmoniste, enfin ! » Inanalysables, pourtant sublimes, ses harmonies sont ciselées à l’oreille, note par note, et demandent aux interprètes qui s’y consacrent un jeu concentré à l’extrême, à la lisière du silence. Il s'en dégage une étrange lumière mate, qui fascine et dépayse. Les rythmes flottent, les phrases refusent toute direction. Tout se répète sans cesse, mais jamais à la même place, dans une douce déroute de la mémoire. Au Vouloir impérieuxde la musique occidentale, Feldman opposait ce qu’il appellait « a silent protest », une résistance silencieuse.