19

Fait de longs plans élégants sur des créatures magnifiques, Bestiaire, véritable objet de festivals, n’est pourtant ni une recherche sur les zoos ni sur l’humanisation des animaux. Denis Côté y bouscule plus que jamais le réel et s’interroge sur la position entre le spectateur et le cinéma.