Intérieur de l’atelier Brancusi reconstitué à Paris
RADAR

5 choses à savoir sur Brancusi

Pour son édition 2019, EUROPALIA se penche sur la Roumanie et son événement phare est une prestigieuse rétrospective de l’œuvre de Constantin Brancusi (1876-1957). Voici 5 choses à savoir sur l'homme qui pourrait bien être le plus grand sculpteur du XXe siècle.

Constantin Brancusi, Autoportrait dans l’atelier les Colonnes sans fin I à IV, Le Poisson (1930), Léda (1926), +- 1934 © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist.RMN-Grand Palais - Philippe Migeat, Sabam Belgium
Constantin Brancusi, Autoportrait dans l’atelier les Colonnes sans fin I à IV, Le Poisson (1930), Léda (1926), +- 1934 © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist.RMN-Grand Palais - Philippe Migeat, Sabam Belgium

1. ROUMANIE

Brancusi, un fier Roumain, a grandi dans une famille pauvre du petit village de Hobița. Dès l'âge de 7 ans, il parcourut la campagne comme berger et occupa plusieurs emplois de fortune comme tonnelier, potier ou teinturier. Jusqu'à la fin de sa vie, Brancusi s'habilla à la manière des paysans roumains, servit à ses invités une cuisine roumaine traditionnelle et aima chanter des chansons folkloriques roumaines.

2. CECI N’EST PAS UN « I »

Il est fort probable que personne ne saura de qui vous parlez en Roumanie lorsque vous mentionnez le nom « Brancusi ». Ce n’est pas qu’il soit inconnu, bien au contraire, car la Roumanie est à juste titre très fière de son artiste le plus célèbre. C’est juste qu’ils le prononcent différemment. Le « i » n’est pas la lettre « i » mais plutôt une marque indiquant la prononciation du « s ». Donc, en roumain, vous diriez « bran-couch ».

3. LA PROMENADE

Brancusi arriva à Paris en 1904. Parti de Bucarest, le jeune homme, alors âgé de 27 ans, gagna à pied la capitale française, traversant l’Autriche et l’Allemagne et mourant presque en cours de route en raison d’une pneumonie. Ce voyage mouvementé est devenu une partie intégrante de la légende de Brancusi, que le réalisateur Peter Greenaway en personne est en train d’immortaliser.

4. STUDIO

Son atelier parisien est devenu un lieu de rencontre pour des amis, des collègues et des élèves tels qu'Edward Steichen, Erik Satie ou Amadeo Modigliani. Au cours des dernières années de sa vie, il s'est concentré sur son atelier, qu'il voyait comme une installation artistique, positionnant et repositionnant avec soin ses sculptures dans l'espace. À sa mort, il le légua à la France, en exigeant toutefois qu'il soit conservé en l’état. Depuis 1977, il est possible d'en visiter gratuitement la réplique exacte à proximité du Centre Pompidou à Paris.

5. SELFIE

Le studio de sculpture est également devenu un studio de photographie. Brancusi, un ami proche de Man Ray, était passionné de photographie. Il l'utilisa comme objet d’étude de son travail et photographia ses propres sculptures minutieusement arrangées. Mais il était aussi très soucieux de son image et se mettait en scène avec le plus grand soin lorsqu’il se photographiait.

Détail de l’atelier Brancusi reconstitué à Paris
Détail de l’atelier Brancusi reconstitué à Paris

Le programme complet d'EUROPALIA ROUMANIE c'est par ici.

Voir aussi