RADAR

Des classiques du XXe siècle qui en jettent

Place au renouveau ! Ars Musica, le festival de musique qui s’aventure audacieusement sur un terrain tant redouté par les autres (la musique classique moderne et contemporaine) souffle sa trentième bougie. Nous avons sélectionné pour vous trois œuvres à ne pas manquer parmi un programme d’anniversaire chargé – que vous soyez un véritable accro de l’avant-garde ou un néophyte de la musique nouvelle.

On Steve Reich's Different Trains

Steve Reich – Different Trains (1988)

Enfant, le compositeur Steve Reich prenait le train pour faire le trajet entre ses parents divorcés. Plus tard, il a réalisé qu’en tant que juif, s’il avait vécu en Europe plutôt qu’aux États-Unis à la même période, il aurait peut-être dû voyager dans un train bien différent… Son quatuor « Different Trains » combine des instruments à cordes live avec des enregistrements de bruits de train et des témoignages de survivants de l’Holocauste ou de personnes qui ont vécu avant, pendant et après la guerre. Leurs mots sont coupés et passés en boucle de manière à se mêler réellement à la musique. Écrite en 1988 et créée par le Kronos Quartet, cette œuvre s’est rapidement hissée au premier rang des pièces les plus appréciées et touchantes du répertoire contemporain.

Le Kronos Quartet reprendra l’œuvre de Reich durant son concert du 13 novembre, qui inclura aussi des pièces de Glass, Riley et Coltrane.

A Valentine Out of Season (1944)

John Cage – A Valentine Out Of Season (1944)

Le titre de cette œuvre fait référence à la séparation du compositeur et de sa femme, Xenia. Elle a été composée – à l’instar de nombreuses œuvres de Cage pour « piano préparé » – pour une chorégraphie du légendaire Merce Cunningham. Cage est considéré comme l’inventeur du « piano préparé », une technique qui consiste à placer divers objets (la « préparation ») entre les cordes du piano. Cage avait pour habitude d’utiliser des vis et des boulons pour créer des sons de percussions ou de cloches. Il était séduit par l’idée selon laquelle cette méthode « plaçait dans les mains d’un seul pianiste l’équivalent de tout un orchestre de percussions ».

La star montante Xenia Pestova Bennett passera de l’agressivité à la méditation dans son récital du 20 novembre, qui met à l’honneur la musique de John Cage.

Symphonic Cinema Firebird

Igor Stravinsky – L’Oiseau de feu (1910)

Rachmaninov a qualifié son collègue alors âgé de 27 ans de « génie » lorsqu’il a entendu cette musique, le premier grand ballet composé par Stravinsky pour Diaghilev et ses célèbres Ballets Russes. En 1910, l’œuvre a fait l’unanimité auprès du public et de la critique, et a été saluée comme la symbiose parfaite entre le mouvement, l’image et la musique. L’Oiseau de feu a aussi été joué, sans ballet, dans les salles de concert du monde entier, après avoir été adapté en suites par Stravinsky (principalement parce que le terrible contrat qu’il avait signé avec Diaghilev l’empêchait de gagner de l’argent avec la partition originale). L’histoire du ballet tourne autour d’un prince, de 13 princesses et d’un œuf géant, et d’une bonne dose de magie. Que demander de plus ?

Découvrez le chef-d’œuvre de Stravinsky grâce à la version filmique moderne de Lucas Van Woerkum, un impressionnant dialogue entre l’orchestre et l’écran, le 22 novembre.

Voir aussi