Adi Chesson
RADAR

DÉCOUVREZ NOS ACTIVITÉS FAMILIALES AUTOUR DE BEETHOVEN

THÈME 2 : LE PRIVILÈGE DES SENS

Cet hiver, plongez en famille dans le monde de Beethoven. Nos guides Laryssa, François et Adi vous ont concocté 3 fiches d'activités thématiques autour de l'exposition Hotel Beethoven qui seront dévoilées au compte-gouttes. Parcourez cette deuxième fiche et explorez l’univers fascinant de vos sens !

Avant de découvrir nos trois activités, écoutez ce que notre guide Adi a à vous dire…

Maintenant que les présentations sont faites, amusez-vous avec ces activités créatives !


1. ÉCOUTONS AUTREMENT

1° Touche-touche
Posez vos doigts sur le dos de votre compagnon·ne de jeu. Celle/Celui-ci doit deviner combien de doigts la/le touchent. Attention, c’est bien plus difficile qu’il n’y parait !

2° L’osophone
Placez l’os de votre poignet dans le creux de votre oreille. Ensuite tapez légèrement sur votre coude. Entendez-vous les petits coups ? On appelle cela l’écoute solidienne, car les vibrations du son se diffusent à travers vos os.

3° Les oreilles d’éléphant 
Mettez de la musique et placez-vous dos à votre chaîne hi-fi. Mettez vos mains ouvertes juste derrière vos oreilles. D’où la musique semble-t-elle provenir ? Maintenant retournez-vous en gardant vos « oreilles d’éléphant ». Retirez vos mains et écoutez la différence.

4° L’écoute directionnelle
Fermez les yeux et tournez lentement deux fois sur vous-mêmes. Une fois à l’arrêt, quelqu’un vous envoie un signal sonore, de l’endroit le plus éloigné possible. Pouvez-vous identifier avec précision la direction de la source sonore ? Petit conseil : Essayez ce jeu dans un parc si l’espace intérieur est trop exigu.


2. PARLONS AUTREMENT

Tout d’abord, apprenez quelques mots en langue des signes avec Julie Carlier.

Ensuite, jouez au téléphone sans fil en langue des signes.

Mettez-vous en file. La personne en fin de file choisit une suite de mots en langue des signes et la communique à la personne devant elle. Celle-ci communique la phrase telle qu’elle l’a comprise à la personne devant elle, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la personne en début de fil ait reçu l’information de la personne derrière elle. Alors, la suite de mots a-t-elle été altérée au cours de son voyage ?

Exemple de suite de mots : « Bonjour, ça va ? Merci ! Je t’aime… »


3. PISTES DE RÉFLEXION

Beethoven était un musicien sourd. En connaissez-vous d’autres ? Connaissez-vous des musicien·nes porteur·ses d’un handicap* ?

Par exemple, Stevie Wonder est aveugle et joue parfaitement du piano. Sur quels sens se base-t-il pour jouer sans voir ?

Quelques éléments de réponse :
— L'ouïe : il entend l’espace entre les notes (les « intervalles »), connait la sonorité (la « couleur ») des accords…
— Le toucher : les touches noires du piano, placées en retrait par rapport aux touches blanches, sont un repère non seulement visuel, mais aussi tactile.
— Les mouvements des mains : notre mémoire corporelle nous permet de reproduire des gestes qui, au fil du temps, deviennent des réflexes. L’instrument devient le « prolongement » des mains du musicien, un peu comme la raquette pour la joueuse de tennis.

Souvent, l’absence d’un sens accentue les autres sens.

Et vous, avez-vous un sens plus développé que les autres ? Que vous permet-il de faire ? De la musique, de la cuisine, du dessin, de grimper aux arbres… ?

Avez-vous un sens moins développé que les autres ? Votre cerveau a-t-il développé d’autres aptitudes pour le compenser ? Par exemple : Certaines personnes aveugles ont une ouïe très fine.

Découvrez cette vidéo inspirante d’un jeune Américain aveugle qui a trouvé une façon de « voir » autrement, à l’aide du son ! Attention : les premières images peuvent être sensibles pour les tout-petits.

* Le choix des mots est important.
Les expressions comme « un.e handicapé.e » ou « souffrir d’un handicap » stigmatisent les personnes en situation de handicap et les réduisent à leur condition. Évitons-les ! Souvent, c’est l'inadéquation de la société au handicap qui est source de « souffrance ».

Voir aussi