© Belgian National Orchestra
RADAR

La Grande Salle Henry Le Bœuf et son histoire

Conçue entièrement par Victor Horta, la Grande Salle Henry Le Bœuf offre une harmonie visuelle et une qualité acoustique reconnues par des légendes de la musique. Inaugurée le 19 octobre 1929, la salle fut plus tard baptisée du nom de cet homme d’affaire et banquier qui contribua activement à la vie musicale bruxelloise et, en l’occurrence, à la création de ce haut lieu musical. En 90 ans d’existence, elle a vu défiler la crème des interprètes. Voici un bref portrait de ce lieu mythique que l’incendie du 18 janvier 2021 a malheureusement dégradé.

© DR
© DR

Qui, en pénétrant dans la Grande Salle, n’a jamais levé les yeux au plafond pour ressentir l’ouverture offerte par un tel espace ? Qui n’a pas été frappé·e par l’accord charmant entre le rouge écarlate de ses sièges de velours, son parquet en bois, la blancheur de ses colonnades nues et ses rares dorures ? Entre splendeur et sobriété, chaque élément de la salle a été pensé par son concepteur, l’architecte belge Victor Horta, pionnier de l’Art nouveau ayant évolué vers l’Art déco, pour susciter chez le public un sentiment de bien-être et de ravissement.

© DR
© DR

Une symphonie pour les yeux, un spectacle pour les oreilles

Si Victor Horta élabora seul le plan de la Grande Salle Henry Le Bœuf, celui-ci devait répondre à diverses exigences. Eugène Ysaÿe, célèbre virtuose du violon, souhaitait que les interprètes s’y sentissent entouré·es par le public. Le projet de salle devait en outre offrir une capacité importante (2150 places assises) tout en assurant au public une expérience d’écoute optimale. Henry Le Bœuf échangea une importante correspondance avec l’architecte afin de garantir la qualité de l’acoustique, de l’éclairage, ou encore le confort des sièges et leur espacement :

« Notre salle est suffisamment grande et je tiens à ce que tout le monde soit à l’aise », déclara-t-il.
Henry Le Boeuf © Archives BOZAR
Henry Le Boeuf © Archives BOZAR

La nature du matériau utilisé, à savoir le béton armé, poussa Horta à opter pour une forme « d’œuf » qui confère charme et singularité au lieu. Ce matériau se révélait en effet peu coûteux, générait peu de pertes en matériaux et était livrable rapidement, contrairement à l’acier prévu initialement. « La qualité de l’acoustique découle en grande partie de la mise en place des matériaux », confia Horta dans ses Mémoires.

Victor Horta vers 1900 © DR
Victor Horta vers 1900 © DR

Une sonorité flatteuse pour les violons

L’acoustique de la Grande Salle a évolué au cours du temps. À l’origine, elle avait pour caractéristique de rehausser le son des cordes. Il s’agissait de flatter l’un des goûts musicaux prédominant à l’époque, la Belgique étant alors réputée pour son école de violon. Des études menées en 1945 et 1960 placèrent cette acoustique au niveau de celles du Musikverein de Vienne, du Concertgebouw d’Amsterdam ou encore du Symphony Hall de Boston.

Le Tabernacle de Salt Lake City vers 1870 © DR
Le Tabernacle de Salt Lake City vers 1870 © DR

De fait, avant d’entamer le projet, Horta avait étudié l’acoustique du Concertgebouw ou encore de l’Opéra Garnier à Paris. Il s’inspira également du Mormon Hall de Salt Lake City dont il put apprécier l’acoustique lors de son exil aux Etats-Unis durant la première Guerre mondiale. Le chef d’orchestre Arturo Toscanini, qui se produisit au Palais des Beaux-Arts avec l’Orchestre Philharmonique de New York en 1930 et 1934, aurait déclaré à l’issue d’un de ses concerts : « C'est ici que je me suis entendu pour la première fois. »

La Grande Salle Henry Le Boeuf dans les années 1970, avec ses sièges oranges et sa moquette © Archives BOZAR
La Grande Salle Henry Le Boeuf dans les années 1970, avec ses sièges oranges et sa moquette © Archives BOZAR

La quête d’un idéal

Suite à l’incendie qui toucha la salle en 1967, il fut décidé, pour des raisons de sécurité, de détruire la scène en bois à laquelle Horta avait attribué une fonction de caisse de résonance, et de la remplacer par une scène en béton. Cette intervention, le remplacement des fauteuils et l’installation d’une moquette dégradèrent considérablement l’acoustique du lieu.

Démolition de la scène en béton © Archives BOZAR
Démolition de la scène en béton © Archives BOZAR
Reconstruction de la scène en bois © Archives BOZAR
Reconstruction de la scène en bois © Archives BOZAR

Dès les années 1990 et jusqu’en 2017, plusieurs vagues de restauration se succédèrent pour tenter de retrouver l’acoustique originale. La scène en béton fut supprimée, la moquette ôtée au profit d’un parquet en bois, les sièges remplacés, les portes aménagées pour favoriser l’isolation sonore, etc. En 2000, Pierre Boulez salua la réussite de la première étape de restauration :

« J’ai été l’hôte du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles pour trois concerts avec le London Symphony Orchestra au printemps dernier. Ayant déjà donné des concerts dans cette salle avant cette récente rénovation, je puis témoigner que les conditions acoustiques y sont infiniment meilleures qu’auparavant. Le son est plus vivant, plus soutenu, on entend mieux l’ensemble des instruments, leur équilibre, leur mélange et leurs qualités individuelles. Il est heureux que cette salle, pour historique qu’elle soit, ait ainsi trouvé une nouvelle jeunesse et qu’elle serve ainsi de manière plus efficace le propos pour lequel elle a été construite : servir au mieux la vie musicale par des moyens acoustiques appropriés. »

Nikolaus Harnoncourt, de son côté, salua la sonorité « merveilleuse, claire, transparente » de ce lieu qu’il considérait comme « une des plus belles salles d'Europe en matière d’acoustique. »

© Archives BOZAR
© Archives BOZAR

Des souvenirs par milliers

De son inauguration à aujourd’hui, la Grande Salle Henry Le Bœuf a accueilli un nombre incalculable de productions prestigieuses. Le jazz de Cab Calloway et de Louis Armstrong y a résonné, de même que les accords fiévreux de Django Reinhardt ou le chant sublime de Billie Holiday. Les plus grands chefs d’orchestre, tels Kleiber, Karajan ou Abbado, y ont dirigé des phalanges illustres. Sans oublier les solistes Ravi Shankar, Papa Wemba, Montserrat Figueras, Marianne Faithfull, Yehudi Menuhin, Ivry Gitlis ou Daniel Barenboim qui s’y est produit dès l’âge de 13 ans ! Le Concours Reine Elisabeth, les Jeunesses Musicales, le BIFFF, Balkan Trafik!, les Nuits Sonores… Comment honorer la mémoire d’un tel lieu sans reléguer dans l’ombre tant de souvenirs impérissables ?

Klarafestival, 16 mars 2018 © Maxim Verbuekenra
Klarafestival, 16 mars 2018 © Maxim Verbuekenra

Voilà pourtant que cette salle, où tant de cultures musicales furent célébrées, a perdu de son lustre suite à l’incendie du 18 janvier 2021. Pourvu que de nouvelles restaurations lui fassent recouvrir son éclat. Et que nous puissions à nouveau y pénétrer, lever les yeux au plafond et ressentir la sérénité et l’ouverture de ce joyau de notre histoire culturelle.

#TOGETHERBOZAR
La Grande Salle Henry Le Bœuf et son avenir vous tiennent à cœur ? Si vous le souhaitez, vous pouvez soutenir BOZAR à l’aide d’un don.

L'état de la Grande Salle suite à l'incendie et aux infiltrations d'eau :

L'eau s'écoulant du plafond, janvier 2021 © Yannick Sas
L'eau s'écoulant du plafond, janvier 2021 © Yannick Sas
L'une des loges côté cour, janvier 2021 © Yannick Sas
L'une des loges côté cour, janvier 2021 © Yannick Sas
Le plafond d'une des loges côté cour, janvier 2021 © Yannick Sas
Le plafond d'une des loges côté cour, janvier 2021 © Yannick Sas
Les dégagements de la salle, janvier 2021 © Yannick Sas
Les dégagements de la salle, janvier 2021 © Yannick Sas
La scène de la Grande Salle Henry Le Boeuf, janvier 2021 © Yannick Sas
La scène de la Grande Salle Henry Le Boeuf, janvier 2021 © Yannick Sas

Voir aussi

  • Un écrin architectural d’exception à l’épreuve des flammes

    Le 18 janvier, le Palais des Beaux-Arts a été gravement endommagé suite à un incendie qui s’est déclaré sur les toits. Déterminés à restaurer au plus tôt le magnifique bâtiment de Victor Horta, nous souhaitons tout mettre en œuvre pour lui permettre de continuer à occuper la place qui est la sienne dans la vie culturelle de notre pays. Une place singulière, riche d’une longue histoire.

    — publié le
  • Une saga rocambolesque

    L’orgue sous la menace du silence

    Lundi 18 janvier 2021, le toit du Palais des Beaux-Arts s’embrase. Bien que localisés, les dégâts causés par les flammes et les eaux dédiées à leur extinction sont importants. L’orgue - bijou musical et architectural serti dans l’écrin de la Grande Salle Henry Le Bœuf – en est une principale victime. Un nouveau coup du sort pour cet instrument dont l’histoire riche en rebondissements pourrait nourrir le scénario d’une série télévisée. Incendié en 1967, il resta muet durant un demi-siècle, jusqu’à sa glorieuse reconstruction en 2017. Retour sur la saga haletante de cette partie importante de notre patrimoine musical.

    — publié le