16

BOZAR s’associe au vaste mouvement de protestation suscité par l’annonce de la diminution des subsides alloués au secteur culturel. BOZAR appelle également le Gouvernement flamand à épargner les artistes et organisations qui trouvent dans les subsides aux projets la bouffée d’oxygène nécessaire à la réalisation de productions artistiques innovantes. 

Les subsides accordés aux projets servent en quelque sorte de « capital d’amorçage ». Ils permettent aux créations artistiques de se développer durablement, de se renouveler et de favoriser l’émergence de nouveaux talents. Mais les artistes établis dépendent eux aussi de ce type de subside. Les économies annoncées auront un impact négatif profond sur le tissu culturel, social et économique.

Le nouveau ministre de la culture du Gouvernement flamand fait le choix d’épargner davantage les grandes institutions culturelles par rapport aux autres organisations – également reconnues structurellement. Pour les premières, l’économie à réaliser est de 3 %, contre 6 % pour les autres. L’on peut ici difficilement parler de choix solidaire, même si la Flandre a besoin d’institutions artistiques solides.

Dans ce débat, BOZAR reste un cas à part, n’étant pas une institution flamande mais une institution culturelle fédérale qui contribue, depuis Bruxelles, au rayonnement des communautés. Depuis 2018, BOZAR reçoit du gouvernement flamand des subsides pluriannuels. Elle s’attend donc à ce que les moyens prévus pour 2020 soient également revus à la baisse, mais nul n’en connaît encore l’ampleur.     

Nous estimons essentiel de préserver et même de renforcer la solidarité au sein du secteur culturel. Les coupes sombres dans les subsides aux projets mettent en péril la diversité, la qualité et le caractère inclusif de l’offre culturelle flamande. Sans le travail de ces organisations et ces artistes, BOZAR n’est pas en mesure d’offrir la qualité qu’on attend aujourd’hui d’une maison de la culture tournée vers l’international.   

Ana Torfs, Joris Van De Moortel, Robin Verheyen, Romina Lischka… Ce ne sont là que quelques-uns des artistes qui ont pu concrétiser leurs ambitions artistiques grâce aux subsides et bénéficier grâce à BOZAR d’une plateforme de diffusion internationale. Dans le cadre des séries « Theater op de middag » ou « Next Generation, Please », nous collaborons aussi avec des talents flamands. Cette collaboration, nous voulons la poursuivre et l’étendre autant que possible.

Nous appelons donc à la signature de la pétition rédigée par State of the Arts.  

BOZAR entend concrétiser sa mission sociale et se doit donc aujourd’hui de prendre position. Nous mettons nos salles à la disposition des artistes et des travailleurs culturels pour leurs réunions et autres rencontres et plaidons la cause des jeunes artistes et organisations dans nos contacts avec le Gouvernement flamand. BOZAR entend user de sa qualité d’institution culturelle fédérale pour servir de tremplin à la carrière internationale de jeunes artistes. Les collaborations et coproductions sont au cœur de la politique artistique de BOZAR. Et tel sera encore le cas à l’avenir.


  • Bernard van Orley distingué par le New York Times & Apollo Magazine

    À l'approche de 2020, c’est le moment idéal pour revenir sur 2019. BOZAR est toujours ravi de voir ses propres projets figurer sur les listes des temps forts de l’année écoulée.

    lire la suite
    — publié le
  • Museum as a Stage. Activating a Collection

    Russian Turn in Yekaterinburg

    lire la suite
    — publié le
  • 10 artistes sélectionnés par HerMap

    Un programme de résidence autour de la recherche artistique en Iran et Europe

    lire la suite
    — publié le