17

Avec Johan van Geluwe, notre pays perd un artiste visionnaire.

Il appartient au canon belge, compris comme les repères culturels d'un pays où la belgitude a le sérieux d'une bonne blague que l'on raconte avec un visage impassible. Ou même le rire d'une formule mathématique à laquelle on ne peut rien objecter. Van Geluwe a fait de la Belgique une forme d’art. Il est l’enfant naturel de Bruegel, Ensor, Otlet (le Mundaneum), Garcet (la tour d'Eben Ezer), De Ghelderode, Wiertz, Magritte, Broodthaers, Panamarenko, Charlier... Bien qu'un artiste singulier comme Van Geluwe reste l'archiviste en chef de son propre musée imaginaire. Ses Musées des Musées ont eu à juste titre une place de choix dans La Belgique Visionnaire BelgiëC’est près de chez nous, la dernière exposition réalisée par Harald Szeemann. Tout s'est passé près de nous et c'est pourquoi elle a un rayonnement international. Van Geluwe était déjà « glocal » avant l'arrivée d'Internet et de Ryanair. La Belgique Visionnaire België reste une référence pour BOZAR. Nous gardons les meilleurs souvenirs de la visite de l'atelier à Waregem, où Johan a raconté une multitude de choses sur l'art, les musées, les jardins et les cimetières de la guerre. Sire, il n'y a plus de primitifs flamands


  • Bernd Lammel, 2019 © Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland GmbH

    Bonn donne le coup d’envoi de Beethoven 2020

    2020 sera l’année Beethoven. Le monde célébrera le 250e anniversaire de la naissance du compositeur, et Bonn, sa ville natale a commencé un peu plus tôt les festivités en dévoilant  le 17 décembre une exposition consacrée à l’illustre musicien.

    lire la suite
    — publié le
  • Malgré le Brexit, allons ensemble de l'avant !

    BOZAR s’associe à l'appel des organisations et fondations culturelles européennes à poursuivre leurs collaborations avec le Royaume-Uni,

    lire la suite
    — publié le
  • Journée Internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste

    A l'occasion de la Journée Internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, BOZAR souhaite rappeler l'importance du rôle joué par le monde culturel, en tant que lieu de débat et de rassemblement, dans la construction d'une société où la paix et le dialogue sont érigés en valeurs absolues. Le message porté par une institution comme BOZAR est que la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz nous rappelle avec insistance la responsabilité partagée par tous, artistes, politiques et citoyens, dans la définition d'une société de tolérance et de justice, rempart infranchissable contre toute forme de barbarie. 

    — publié le