05

avec :Jan DecleirI Solisti del Vento

Jan Decleir, en bon harangueur de foule, annonce l’arrivée d’une nouvelle ère politique. C’est ainsi qu’il conclut Mars om de macht (te verspelen), un triptyque satirique qui conjugue cinéma, musique et théâtre. Sur la musique interprétée par I SOLISTI, le réalisateur russe controversé Eisenstein ouvre la marche avec le film Le journal de Gloumov (1923), une critique loufoque de l’aristocratie russe et de son hypocrisie. Le spectacle se poursuit avec l’Octuor pour instruments à vent (1923 toujours) d’un autre grand maître russe, le compositeur Igor Stravinsky. Eisenstein a beau s’en prendre au régime russe, il est resté en Russie, contrairement au compositeur. C’est en effet depuis la France que Stravinsky a composé ce morceau. Pour la partie finale, Dimitri Verhulst s’est inspiré avec Jan Decleir de Le tribun, de Maurico Kagel.