19

​​​​​​​​​​​​​​Vingt ans après sa première exposition individuelle à Bruxelles, dans les antichambres du Palais des Beaux-Arts, l’artiste plasticienne belge Ana Torfs revient chez nous avec de nouvelles œuvres, dont Sideshow. Dans cette installation, une série de personnages sans visage – une geisha, l’homme invisible, des hommes-oiseaux et un illusionniste aux grandes mains – surgissent et disparaissent, dans un décor abstrait de lumières polychromes. Les prises de vue  enregistrées image-par-image mettent en scène divers performeurs. L’artiste revient ici à ses premières amours : le théâtre, le film muet, le spectacle de marionnettes, le butō, le cirque, la mascarade et le cabaret.  

Ana Torfs (°1963) vit et travaille à Bruxelles depuis plus de 30 ans. Des expositions individuelles lui ont été consacrées, notamment au Pori Art Museum, en Finlande (2017), au Musée Calouste Gulbenkian à Lisbonne  (2016), au WIELS, à Bruxelles (2014) et au K21-Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, à Düsseldorf (2010). Elle a participé à de grandes expositions collectives, telles que Power of Language, Museum der Moderne, Salzburg (2018), Reading Cinema, Finding Words, Art after Marcel Broodthaers, au Musée national d’art moderne de Tokyo (2014), ainsi qu’à de nombreuses biennales. Elle prépare actuellement une exposition solo au MUAC, à Mexico.  

Le saviez-vous ?

  • Entretien avec Ana Torfs

    Le souffle de l'artiste

    Ce fut un coup dur pour l'artiste Ana Torfs lorsque sa toute nouvelle exposition à BOZAR a dû fermer ses portes après une seule journée en raison de la crise sanitaire. Après les préparatifs de l'exposition, le confinement l’a renvoyée à ses chaussures de marche et son vélo. Heureusement, les installations envoûtantes de The Magician & the Surgeon – à la fois facilement accessibles et riches de multiples sens – sont maintenant à nouveau ouvertes au public. Entrevue avec l'artiste.

    — publié le

Voir aussi