13

Le changement climatique aggrave les inégalités mondiales, ce qui affecte de manière disproportionnée les femmes et les filles. Mais alors que nous discutons des impacts du changement climatique sur les femmes, nous ne voulons pas nous contenter de leur demander de témoigner à propos de leur statut de victime. Des activistes amazoniennes ou bruxelloises aux artistes qui créent de nouvelles utopies ou exposent les conceptions patriarcales, les femmes sont aussi des actrices du changement dans la lutte pour la justice climatique.

Le 8 mars, BOZAR, Oxfam België/Belgique et Le Monde Selon les Femmes réuniront quelques femmes émancipées pour célébrer la Journée internationale des droits des femmes avec un débat sur le climat consacré à l’écoféminisme, qui abordera les points communs entre l’oppression de la nature et l’oppression des femmes.

La table ronde réunit Laurie Charles (artiste), Margot Lauwers (chercheuse), Jehanne Bergé (journaliste pour Les Grenades RTBF) et Agnès Bertrand-Sanz (Le Monde Selon les Femmes). Elles seront rejointes virtuellement par Gabriela Franco Prieto (militante, fondatrice du projet numérique @la.totuma sur Instagram) et Valiana Aguilar Hernandez (le collectif Suumil). Elles se pencheront sur la domination des structures patriarcales et leur impact sur le changement climatique, les femmes et l’art.

Le saviez-vous ?

  • A talk about climate and feminism

    Destroy the patriarchy, not the planet

    Le 8 mars dernier, BOZAR, Oxfam België/Belgique et Le Monde Selon les Femmes ont donné la parole à plusieurs femmes émancipées à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. (Re)visionnez ce débat sur le climat et l’écoféminisme mettant en lumière les liens possibles entre l’exploitation de la nature et l’oppression des femmes.

    — publié le